anipassion.com
Partagez | 
 

 I'M BACK BITCHIES - FT. THE CREEPS ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nakagawa Tatsuya
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
22/10/2016

messages :
370

pseudo :
景色 - Keshiki (anciennement Aki)

avatar + © :
Young K (day 6) + mon cadeau par @me


Don't mess with my  band

absence :
Nop

adresse :
Il vit dans un beau loft à Meguro avec sa squatteuse préférée : Nao ♥

emploi/études :
son père le force à faire des études de médecine, mais il a trouvé toute une bande de filles qui lui ont gentiment proposé de prendre tous les cours pour lui. De cette manière il peut profiter amplement de sa jeunesse et s'éclater avec son groupe.

décore ton profil :
Everything is great when you don't give a shit


i will always be there for you babe


My other Half


Tatsuryo Power !


I love to bother you bro


Wait until I catch you






#TeamOP
#TeamForceur
#TeamVegas
#TeamLarve


Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Nov - 1:17



❝ THE CREEPS❞
I'm back bitchies


Ce matin-là, Tatsuya s'était levé avec une détermination de fer qui lui était complètement inconnue. C'est simple, c'était aujourd'hui ou jamais. C'était aujourd'hui qu'il allait enfin prendre son courage à deux mains et se confronter à ceux qu'il avait laissés un an plus tôt sans trop d‘explications faute de temps, à ceux qu'il avait abandonnés dans un moment plus qu'important et surtout à ceux qu'il avait déçus : les membres de son groupe. Certes, il n'avait pas choisi de partir un an faire de l'humanitaire en Inde et tout le monde sait qu'au fond il n’en avait strictement rien à foutre du malheur des petits Indiens, mais il n'avait pas eu le choix à son plus grand malheur. Il entendait déjà Nao et Takumi lui rétorquer d'arrêter son « rôle de calimero à deux balles »  avant de lui dire qu'il est loin de vivre une vie de merde, lui le petit prince né avant une cuillère d'argent dans la bouche, qui n'a jamais connu la misère ou les maux de ce monde. Seulement, malgré une grande part de vérité dans ces paroles, car il savait pertinemment qu'il existait des personnes bien plus malheureuses et dans la merde que lui, il ne pouvait s'empêcher de penser que jamais ils ne comprendraient à quel point être ce fameux titre de prince était tout sauf une bénédiction pour lui. S'il devait en parler, il le qualifierait sans doute comme un fardeau qui est devenu trop lourd à porter à présent. C'est simple, il n'en pouvait plus d'être la marionnette de son paternel, d'être ce bout de viande qu'on expose à la vue de tous pour maintenir cette image de la famille parfaite...  Mais, il n'avait pas encore assez de pouvoir pour briser ses chaines et enfin voler de ses propres ailes loin de ce nom de famille qui lui colle trop à la peau. Alors, il continue de prendre sur lui en priant pour que le jour où le groupe sera enfin bien établi dans l'industrie arrive le plus vite possible pour enfin le libérer de cet enfer. Mais avant tout ça, il faut déjà qu'il récupère son groupe sinon ça risque d'être assez compliqué. C'est donc tout naturellement qu'il était entré dans le salon et qu'il avait demandé à Nao si la répétition d'aujourd'hui était toujours au programme. Une fois sa réponse sa réponse obtenue il lui avait juste lancé un petit « OK. » Avant de se diriger à nouveau vers sa chambre pour se préparer. Une fois douché et habillé il attrapa sa basse et il suivit une Nao quelque peu étonnée de le voir venir avec elle. Sur le chemin menant au studio, Tatsuya ne pouvait s'empêcher d'être envahi par la nostalgie. Il était enfin de retour, à croire qu'avant d'emprunter à nouveau ces petites rues de Shibuya il ne l'avait pas encore bien réalisé.

Une fois devant la porte, il avait demandé à Nao d'entrer sans lui dans le studio pour rejoindre les autres, histoire de faire un plus grand effet de surprise et de réussir une entrée de toute beauté ! Mais, tout cela n'était qu'un prétexte. En réalité il appréhendait la réaction des membres enfin pour formuler ça mieux LA réaction de Takumi. Car s'il savait que Sho allait l'accueillir à bras ouvert, il savait aussi que le brun risquait plutôt l'accueillir avec ses poings fermés. Et il tenait à sa gueule d'ange le Nakagawa ! Après une bonne inspiration, il décida qu'il était enfin temps de rentrer. Il laissa toutes ses pensées négatives et tous ses plans plus foireux les uns que les autres pour faire une bonne impression afin d'être plus rapidement pardonné derrière lui. Il avait opté pour une entrée digne de lui, car après tout malgré son départ d'un an il était toujours le même. C'est donc très naturellement et sans aucune gêne qu'il avait mis un coup de pied dans la porte battante du studio en prononçant « VOTRE ROI EST DE RETOUUUUUUR ! » que voulez-vous Tatsuya est bien connue pour sa sobriété et sa modestie légendaire. Il ne put s'empêcher de rire face à leurs visages choqués avant d'ajouter avec un sourire en coin au bout des lèvres « Ca va je ne vous ai pas trop manqué ? » car pour le coup, ses membres lui avaient manqué pendant cette fameuse année et pas qu'un peu. Maintenant il n'espérait que deux choses, que ça soit réciproque et qu'il se fasse pardonner.



© Pando

_____________________________


« I'm drowing in music »
THAT SAYS ALL THE THINGS MY HEART HAS BEEN SCREAMING© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Hideki Takumi
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
30/10/2016

messages :
39

pseudo :
pink tape

avatar + © :
lee ui soo

emploi/études :
guitariste dans un rockband

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Nov - 20:53

I'm back bitchies
Mardi 16 heures. Le rendez-vous est fixe, chaque semaine c'est la même routine. Une routine qui dure depuis deux ans maintenant, un calendrier adapté aux emplois du temps de chacun et surtout le sien. Il n'a pas sa journée Takumi, il bosse, il court partout, il s'efforce d'un semblant de vie sociale lorsqu'il en a l'occasion. Une utopie en laquelle qu'il s'efforce de croire. Lui qui est si spécial,  si renfermé mais qui ne refuse pas un contact avec l'extérieur n'a, paradoxalement, aucune affinités en dehors son groupe mis à part Seran. C'est eux qui rythment sa vie, pas tous ces inconnus, tous ces passants qu'il croise à longueur de soirées dans son costume de rabatteur. Ni ces filles en robe de latex trop courtes qu'il promeut, maillon de base de la chaîne du proxénétisme. Ses rangers trop usées foulent les vieux pavés du bas de Shibuya, sa guitare sur le dos il emmène celle qu'il a travaillé toute la nuit à exécutoire. Une nouvelle partition écrite avec Nao qu'il a peaufiné après son service de nuit, de longs demi-cercles violacés ornant ses yeux sombres. Son pas est lent. Il se sait en avance, comme à chaque fois. Pour rien au monde il ne raterait ces séances de répétitions. Des répétitions. C'est tout ce qu'ils ont maintenant. Plus de représentations publiques, seulement des notes qui résonnent entre les murs acoustiques du studio. Envolés les espoirs de groupe grandissant. A peine leurs maquettes intéressaient-elles des producteurs sérieux que l'oisillon fut tué dans l’œuf. Leur fanbase grandissante est dorénavant passée à un autre groupe, d'autres rockeurs aux projets ambitieux. Des projets ils n'en ont plus. Tatsuya les a fusillés de son absence. Un band sans leader ni parolier c'est problématique, plus que ça: c'est ridicule. Il jette sa clope à cette pensée, une réflexion pleine d'amertume qui lui revient chaque fois qu'il foule les trottoirs menant au QG, le regard vide et la flamme de l'espoir encore un peu plus affaiblie qu'hier. Il reviendra, à ce qu'il parait. Aucune nouvelles, il n'a pas eu envie d'en prendre. Sa rancœur est sans nom, sa blessure sans limite. Son aventure dans ce groupe avait démarré avec lui, grâce à lui; qu'il s'en aille pour les laisser nager à contre-sens... non, c'est impardonnable. Premier arrivé, il installa son matériel, brancha sa guitare et joua quelques accords jusqu'à ce que la silhouette de Sho n'apparaisse. Doux sourire angélique répondu par un légère hausse de ses commissures. Il saisi son carnet, suit de son doigt les lignes floues de sa partition pour qu'il comprenne ce nouvel accord trouvé entre deux bières avec Nao à la lumière d'un néon. Quelque chose de brut comme le vacarme de l'izakaya un soir de beuverie. Brut comme le bois de cette porte qui s'ouvre sur leur nymphe. Il s'en va saisir un crayon de bois, glissant sur le papier pour rectifier une note de basse. Un cri. Une voix trop familière et presque enterrée le redressa tel un piquet. Les trait figés, les prunelles accrochées à l'inespéré. Il apparaît tel un fantôme qui, après plusieurs battements de cils, semble bien réel. Ses lèvres entrouvertes se referment lorsque le sauvage reprend la parole. Son regard se verrouille. Il ose. Il ose se pointer revenu des disparus pour une démonstration d'arrogance. Ses prunelles flambantes glissent doucement vers les autres, vers leurs réactions. Il veut savoir comment réagir car lui ne le sait pas. Il ignore s'il est soulagé ou révolté. Il est choqué, tout simplement. Le silence est lourd. Ce n'est pas la kermesse ici, c'est la vraie vie. Et dans la vraie vie il leur a fait vivre un calvaire. « C'est une blague ? » L'air grave, il tranche avec la fierté de son ami. Il veut le ramener sur terre. Il le tirera par les chevilles s'il le faut. Lâchant son cahier, son corps tout entier pivote naturellement vers l'individu, prêt à l'affronter les sourcils rageurs et la mâchoire serrée. « Comment tu peux oser te pointer comme ça ? Roi de quoi ? ROI DE MON CUL T'ES VRAIMENT QU'UNE PETITE MERDE NAKAGAWA !! T'as cru que tu pouvais revenir comme un prince après nous avoir mis dans la merde ? J'ai même pas envie de voir ta sale gueule tu me dégoûtes. » Au fur et à mesure ses pas l'ont hissé face au chien battant de la queue. « T'es même pas à un quart d'imaginer ce qu'on a vécu, toi et ta vie de gosse de riche minable. J'croyais que malgré ça t'avais la décence de nous considérer mais même ça c'est qu'un joujou pour toi. » Sa colère l'assassine dans un regard ne considérant aucune pitié; ses mains le poussent vers l'arrière. C'est trop. « Casse toi. » Un sifflet d'air lacérant l’atmosphère. Une sincérité crachée comme un venin.


Revenir en haut Aller en bas
osaki nao
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
23/10/2016

messages :
66

pseudo :
NIGHT GLOW. aka aya la douceur aka cyrielle

avatar + © :
Mai Nhi Tran Le aka GG + me

adresse :
chez tast

emploi/études :
branleuse de profession batteuse dans un groupe à ses heures perdues

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Nov - 21:28




Ses yeux s'ouvrent sur un plafond d'un blanc immaculé qu'elle ne connaît que trop bien.  Etrangement elle qui a toujours froid rencontre là une sensation plutôt désagréable qui s'avère être la cause de son réveil. Elle meurt de chaud et elle ne tarde pas à comprendre qui est la cause de ce désagrément. Tatsuya qui a décidé de se servir d'elle comme d'autre se servent d'un matelas. Il ne lui semble pourtant pas être ce qui se fait de plus confortable. Elle tenterait bien de bouger mais le corps de celui qu'il y a encore un an était le leader acclamé des the creeps est un véritable poids mort. Elle grogne et quelques coups se perdent jusqu'à ce que ses dents viennent se planter dans la chaire de celui qui lui offre pourtant un toit sur sa tête. Nao n'a jamais était du matin et même après un an Tatsuya ne devrait pas l'avoir oublié. Un cri retenti, c'est à lui de grogner et se plaindre. Elle sourit l'air sadique et ne manque pas de souligner qu'il la bien cherché. Evidemment lui se lance dans une explication qui ne manque pas de sens. Nao et ça fâcheuse tendance à dormir dans le salon ou le pourquoi du comment elle n'est jamais parvenue à dormir dans un lit comme toutes personnes bien constituée. Si seulement il savait peut être arrêterait il de poser autant de questions à ce sujet. Elle se retourne et lui lance un regard assassin « Tu voulais un chat non ? Je défends simplement mon territoire » Blasé il ne trouve pas de quoi rechigner et redevient la larve qu'il était jusqu'alors. Son regard se pose sur son paquet de clope elle en porte une à sa bouche avant de se diriger vers la salle de bain.La pendule affiche 15h et comme chaque mercredi Nao est attendue. Ses habitués sont probablement déjà en train de guetter son arrivée dans un recoin crasseux heureux à l’idée de pouvoir mettre une main sur leur came mais ça ne sera pas leur jour de chance aujourd’hui. Les mercredis ont toujours étaient dédiés au groupe et cela même en l’absence de celui qui avait désormais trouvé refuge devant le frigo. « C’est aujourd’hui la répétition du groupe ? » avait-il lâché la bouche pleine de céréales.Elle était bien tentée de lui répondre un truc à côté de la plaque tinté de toute l’ironie dont elle avait le secret mais elle c’était contentée d’un hochement de tête. Elle savait bien que ce jour devait arriver. Le retour de l’enfant prodige, le retour de celui qui avait manqué de tout faire foiré. Si elle n’avait pas dit grand-chose concernant tout ça elle se doutait bien que ça ne serait pas le cas de tout le monde. Elle aussi pourtant avait eu envie de lui cracher à la gueule un certain nombre de chose alors qu’il avait mis les voiles du jour au lendemain. Mais qui était-elle pour juger sa disparition alors qu’elle passait son temps à fuir ? Ouais ça aurait presque eu l’air d’une mascarade. Alors elle n’avait rien dit, elle avait simplement ouvert la porte et attendait maintenant de savoir ce que l’avenir allé bien pouvoir réserver aux creeps. Elle n’avait pas non plus ouvert la bouche alors qu’il lui avait demandé de rentrer avant lui et c’était contenté de faire comme à son habitude : salué tout le monde avant de s’installer derrière sa batterie. Pourtant elle avait bien fini par réaliser qu’elle aurait dû ouvrir la bouche alors qu’il avait décidé de se la jouer retour de la super star. Ce mec était insupportable et le plus fou dans l’histoire était sans doute le fait que c’est ce qui le rendait attachant, c’est aussi par la même occasion ce qui expliquait pourquoi Takumi brûlait d’envie de lui envoyer son poing à la figure.  Elle s’était levée, fouillant frénétiquement dans ses poches avant d’en sortir une petite liasse de billets. « Je parie sur Takumi, Shô je te laisse Tatsuya. J’ai vraiment apprécié l’entré en matière mais je dois bien admettre que Takumi à raison sur ce point-là » Ouais elle trahissait celui qui lui avait mis un toit sur la tête mais c’était tinté de bonne intention. «  Et Tatsu pense même pas à te plaindre. Y’a des trucs que tu dois comprendre dans la vie. Tu pensais vraiment qu’il allait t’accueillir à bras ouverts ? Mec on t’a envoyé où pendant un an ? Chez les bisounours ? »  Ouais elle savait bien qu’il n’avait pas demandé à partir loin d’eux mais elle espérait bien qu’un jour il se rendrait compte que dans la vie il existe une façon de faire les choses.



© Pando

_____________________________

stay with me bare with me

no one believes me when i said i am the last survior in my entire fucking world, and that is even more sad than the deal itself. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Nakano Shô
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
22/10/2016

messages :
37

pseudo :
MMix

avatar + © :
Kim Won Pil (Day6) + moi normalement

emploi/études :
Etudie la musique classique au conservatoire cursus instrumental (piano) + Membre d'un groupe (clavier)

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Nov - 0:39



❝ THE CREEPS❞
I'm back bitchies


Le visage illuminé par un doux sourire sur le bout des lèvres, Shô franchit la porte du studio pour y trouver déjà Taku déjà en train de s'entraîner en solo. Le saluant d'un sourire et d'un petit geste de la main, il déposa son sac à dos de côté et se dirigea sans plus attendre vers son clavier dont il frôla du bout des doigts les touches noires et blanches avant de prendre position sur son siège. Au programme de ce matin : répétition avec Takumi et Nao... Une répétition de plus sans Tatsuya... Sans son ami d'enfance. Tous les jours, le japonais se demandait comment son ami allait, s'il mangeait bien, s'il ne s'ennuyait pas, si où il était actuellement sa vie n'était pas trop dur. Tant de questions sans réponses, mais il s'estimait heureux de savoir au moins où il se trouvait. Merci maman dirait-il, après tout c'était elle qui lui avait dévoilé que ses parents l'avaient envoyé en Malaisie pour faire de l'humanitaire. Une bonne action, mais il voyait mal son ami le faire, dû moins vivre dans des conditions moins confortables dans lesquels il avait l'habitude de vivre facilement.

Assit devant son clavier, le claviériste s'échauffa un peu les doigts avec un enchaînement de quelques notes, plutôt classique bien différente du registre rock du groupe, mais cela ne dura que quelques minutes. Alors qu'il s'apprêtait à jouer une de leur chanson, les premières notes furent couper par l'arrivée de Nao. « Coucou Nao ! » Un petit salut de la main, toujours accompagné d'un large sourire sur les lèvres. Retournant son attention sur le piano, les mains en position pour reprendre ce qu'il faisait un autre bruit attira son attention, puis une voix... Pas n'importe quelle voix... Une voix qui lui était familière, qu'il connaissait par cœur... Cette voix était celle de Tatsuya. Levant les yeux vers cet homme qui s'avançait vers eux avec cette arrogance qui lui allait si bien. Il se leva, les yeux reflétant la joie de le revoir... De le revoir après un an sans nouvelle. Il se mordait l'intérieur de la joue, essayant de ne pas verser des larmes et prendre son meilleur ami dans les bras. Il se retenait et le regardait, un sourire bien plus grand que d'habitude sur les lèvres. Le son de la voix de Taku, le fit dériver ses yeux sur lui. Aïe ! Si Shô ne lui en voulait pas, ce n'était pas le cas de tous. Taku avait très certainement envie de lui casser la gueule pour les avoir lâchement abandonné sans donner la raison de cela. Il faut dire le pauvre n'avait pas pu le faire. Le regard inquiet poser sur Tats et Taku alternativement, il espérait sincèrement que rien de mauvais arrive. Ses yeux se posèrent quelques secondes sur Nao qui lançait un pari et ses lèvres firent une moue alors qu'il avançait un peu vers elle. « Il ne va pas le frapper ? » Une question idiote dont il connaissait déjà la réponse, mais il sentait le besoin de la poser. Il ne savait que dire, ni que faire face aux paroles que Taku adressait à son ami accompagné de celle de Nao. Il baissait le regard se sentant impuissant face à cette situation qui allait sûrement dégénérer. Il inspira un coup et se rapprocha des deux hommes se mettant sur le côté. « Taku ne t'énerve pas, je sais que tu en veux énormément à Tatsuya... D'ailleurs tu en as tous les droits, après tout il nous à lâcher sans rien dire, il a disparu sans nous laisser un mot... » Même pas à lui... « Mais je pense qu'il avait ses raisons, peut-être ne pouvait-il pas le faire tout simplement. On peut peut-être... » Il s'arrêta alors que le regard de Taku l'intimidait fortement tellement il était noir de haine et de rage à l'encontre du leader de The Creeps ?



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Nakagawa Tatsuya
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
22/10/2016

messages :
370

pseudo :
景色 - Keshiki (anciennement Aki)

avatar + © :
Young K (day 6) + mon cadeau par @me


Don't mess with my  band

absence :
Nop

adresse :
Il vit dans un beau loft à Meguro avec sa squatteuse préférée : Nao ♥

emploi/études :
son père le force à faire des études de médecine, mais il a trouvé toute une bande de filles qui lui ont gentiment proposé de prendre tous les cours pour lui. De cette manière il peut profiter amplement de sa jeunesse et s'éclater avec son groupe.

décore ton profil :
Everything is great when you don't give a shit


i will always be there for you babe


My other Half


Tatsuryo Power !


I love to bother you bro


Wait until I catch you






#TeamOP
#TeamForceur
#TeamVegas
#TeamLarve


Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Nov - 15:11




Encaisser, c'était le mot d'ordre qu'il s'était fixé en prenant la décision de franchir cette porte pour enfin faire face à toutes les représailles dont il allait être le sujet. Il savait parfaitement qu'il n'allait pas entendre des choses très plaisantes, mais il savait aussi que cette étape était une nécessité. Un passage obligatoire afin de pouvoir retrouver sa place au sein du groupe. Une place perdue à cause de son paternel mécontent de ses trop nombreuses dépenses, un foutu tyran qui l'avait arraché à sa vie pendant un an pour le "remettre dans le droit chemin" comme il aimait si bien le dire. Seulement, Tatsuya n'a jamais aimé les ordres bien au contraire, il a toujours été un rebelle qui n'a cessé de se battre contre ce destin tout tracé qui ne lui convenait pas. Hériter d'un hôpital ? Donnez-le à quelqu'un d'autre pour qu'il ait enfin la paix et qu'il fasse la seule chose dans ce monde qui le fait se sentir vivant: la musique. Il vit pour cette dernière, il respire pour elle. Alors, il était hors de  question que lui, cet amoureux de la liberté et de la scène aille s’enfermer dans un bureau pour gérer une chose qui ne l'intéresse même pas. Non, il ne mettrait jamais les pieds dans cet univers suffocant. Il allait être le seul maître de son destin, il allait marcher dans l'industrie musicale pour enfin se libérer de l'emprise de son père et de ces chaînes qui accompagnent le nom Nakagawa. Mais pour cela il lui fallait son groupe. Après son entrée dès plus remarquée et pas des plus intelligente je vous l'accorde, il avait scruté les visages de chacun. Si habituellement il se serait moqué de leurs têtes de choqués, il avait opté pour le silence cette fois-ci. Car vu le silence, il valait mieux qu'il évite d'aggraver sa situation un peu plus. S'il avait su déceler toute l'émotion de Shô lorsque son regard croisa le sien, c'était celui de Takumi, rempli de haine, qui le ramena à la réalité en un éclair. C'était à prévoir, il savait très bien que Shô ou même Nao n'allaient pas réellement être réticents face à son retour, mais ce n'était pas le cas de Takumi. Dès le début il savait que le vrai à convaincre aller être un véritable parcours du combattant. Alors que sa voix résonnait dans la salle, Tatsuya se contenta de le regarder. De leur point de vue, la situation pouvait réellement s'apparenter à une blague, alors que pouvait-il avoir à redire ? Il le laissait poursuivre. Il fallait qu'il vide son sac, qu'il lui lâche tout dans la gueule et alors peut être que la situation pourrait évoluer vers une fin positive pour lui. Il espérait réellement réussir à se faire pardonner, mais vu le regard noir de Takumi ça n'allait visiblement pas être simple. Alors que Taku continuait de l'attaquer, il la fermait encore et toujours. Il avait merdé royalement, il le savait mieux que quiconque. Il savait à quel point son départ était arrivé au mauvais moment et il savait aussi que cela avait eu des répercussions sur l'ensemble du groupe. Mais, il ne l'avait pas choisi. Alors ouais, vous pouvez lui sortir que cette excuse avait trop été utilisée, mais merde c'était la vérité ! Ouais il était ce "gosse de riche minable", mais avait-il choisi de naître avec cette putain de cuillère en argent dans la bouche qui lui laisse encore aujourd'hui un goût amer dans la gorge ? Non. Alors, que Taku, se levait afin pour lui faire face, il ne bougea pas et continua de le regarder droit dans les yeux. Il n'y avait aucune provocation là-dedans, il souhaitait simplement lui montrer qu'il était prêt à tout entendre et ce même si ça faisait un mal de chien. Il devait juste la fermer et ne pas broncher, c'était le plan, mais comme tous les plans de Tatsuya ça devait foirer à un moment et ce dernier ne fit pas une exception à la règle. "J'croyais que malgré ça t'avais la décence de nous considérer, mais même ça c'est qu'un joujou pour toi. " cette phrase avait eu le don de faire bouillonner tout son être. Il n'avait même pas réagi à la bousculade qu'il avait reçue ou même au  "casse-toi" dont il avait fait les frais. Alors qu'il fixait le sol les poings serrés il remarqua Shô qui tentait de prendre sa défense. Ça, lui faisait chaud au cœur de voir que son meilleur ami n'avait pas changé et qu'il pouvait comme toujours compter sur lui et ce peut importe la situation. Seulement, pour le coup il ne voulait pas qu'il le défende. Il allait s'occuper de Taku lui-même. Alors que la voix de Shô commençait à montrer quelque signe de faiblesse, Tatsuya mit sa main sur son épaule avec un léger sourire avant de le décaler gentiment. Il ne voulait pas qu'il se retrouve au milieu de ce qui allait sans doute se transformer en un véritable champ de bataille. Takumi pouvait être une tête brûlée, mais c'était aussi le cas de Tastuya. Il commença à avancer vers lui en le regardant droit dans les yeux avant de dire d'une voix très sérieuse "Tout ça n'est qu'un joujou pour moi ?" alors qu'il s'approcha un peu plus, il lâcha un petit rire "Et dire que je m'étais juré de tout encaisser en la fermant…"  il leva alors son regard bien plus dur que précédemment vers lui "Mais là c'est trop.". Tatsuya n’avait jamais joué avec les membres, il n’avait jamais ri du rêve qu’il leur avait lui-même proposé. Il ne comptait même plus le nombre de sacrifices qu’il avait aussi fait pour le groupe. Des sacrifices financiers qui d’une certaine manière avaient joué sur son départ. Mais ça il ne leur dirait jamais. Pouvait-il même envisager de le faire ? La situation aurait vite dégénéré, il le savait. Nao n’a rien alors hors de question de lui demander, Shô ? Vous voulez que ses parents découvrent son secret et qu’il l’enferme à jamais dans son univers sombre rempli d’une pression inimaginable  ?  Et Takumi, fier comme il est, il aurait gueulé avant de prendre encore un job en plus histoire de se tuer un peu plus à la tâche chaque jour. Alors non, il ne leur dirait jamais tout ça. Il allait comme toujours garder sa pour lui, car il ne veut pas les voir s’épuiser un peu plus ou carrément  les voir dans l’obligeance de renoncer à leur rêve. De toute façon, the Creeps allait connaître le succès, il n’en avait pas le moindre doute, alors si jusque là il devait encore jouer les pantins pour son père un peu plus longtemps il le ferait sans hésitations. Le regard noir et le visage fermé, il poursuivit "Est-ce qu'une seule fois je n'ai pas privilégié le groupe sur tout le reste mis à part pour ce départ précipité auquel je n'ai même pas eu mon mot à dire ?" Il allait encore avoir le droit au fameux "dans la vie on a toujours le choix" quelle belle connerie "Oui j'ai merdé et comme Nao l'a dit j'aurais dû vous prévenir d'une meilleure manière.  Mais merde vous pensez que j'ai eu le temps ou même la chance de le faire ?!" Il avait à peine eu le temps d’enfiler des fringues avant d’être littéralement kidnappé par son père direction l’aéroport "Si du jour au lendemain on vous laissez le choix entre : une pause de un an ou un abandon complet et définitif de tout ce qui vous tient à cœur, vous auriez fait quoi hein ? Car apparemment êtes si malin !" Il savait que Shô pouvait facilement imaginer ce qui s’était passé vu qu’il connaissait très bien le patriarche Nakagawa, mais les deux autres non. Il aimerait bien entendre leurs réponses tient, voir ce qu’ils auraient bien pu faire à sa place. Il voulait leur montrer qu’il avait été mis au pied du mur ce jour-là. Après avoir regardé tout le monde un à un, son attention se porta à nouveau vers Takumi "Alors va-y Takumi, répond donc à ce sale connard de gosse de roche égoïste ! Vu qu'il semblerait que tu as développé la science infuse en mon absence." Ouais il risquait de s'en prendre une, mais il s'en foutait. On ne pouvait pas dénigrer comme ça tous les les efforts qu'il avait toujours dont il avait fait preuve dans l’intérêt du groupe et toute l'affection qu'il ressentait pour ses membres ne pouvait pas être bafouée de la sorte. Il plongea alors sa main dans son sac avant de balancer aux yeux à tous tous les carnets de compositions qu’il avait remplis pendant cette année en Inde. Il n’était pas arrivé ici les mains vides et il avait encore bien d’autre surprise à leur réserver « Vous voyez, je suis peut-être qu’un gros con, mais je sais réparer mes erreurs quand j’en fais. Alors, ne venez pas me reprocher de ne pas m’investir dans ce projet autant que vous. » Enfin, il sortit de sa poche, une feuille blanche avant de la coller sous le nez de Taku. Il s’agissait de la trace écrite du pari qu’il avait fait avec un mec riche qui souhaitait monter un label et qui était prêt à les embaucher s’il le gagnait. C’est donc avec une voix sérieuse et un regard déterminé qu’il lui lança « Alors avant de me foutre dehors, fais-moi le plaisir de poser ton cul sur cette chaise, de la fermer cinq minutes et d’écouter jusqu’au bout ce que j’ai à dire. Après tu pourras me frapper ou tout ce que tu veux, j’men tape. » Il avait créé The Creeps, il était responsable de ce groupe après avoir entraîné tous les membres dans cette aventure. Alors, ouais ils pouvaient penser tout ce qu’ils voulaient de lui, mais il ne pourrait pas lui enlever sa détermination à les voir enfin sous le feu des projecteurs.



© Pando


PS: :
 

_____________________________


« I'm drowing in music »
THAT SAYS ALL THE THINGS MY HEART HAS BEEN SCREAMING© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
do you use emojis ?
profil

Revenir en haut Aller en bas
 
EMOJIS&CIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
RETROUVE TON CHEMIN:  
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]