Partagez | 
 

 Explosion showcase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tsukushi Asuka
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
44

pseudo :
Shina.

avatar + © :
Yuuki (INITIAL'L /ex.LYCAON) ©️INCUBUS

emploi/études :
chanteur qui se prostitue plus ou moins sur scène dans le bar du Belphégor. voyant aussi, parce qu'il dit pouvoir prévoir les choses. et il accepte le travail au noir pour compléter les mois. c'est déjà pas mal.

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Nov - 17:14

explosion showcase
Masamune & Asuka

"it's my first day, boss."



BELPHEGOR ► Comme cela lui prenait parfois – souvent –, Asuka avait coupé ses cheveux. Ils les avaient également teints en blonds. Est-ce que cela ravirait tout autant son nouveau patron que sa longue et soyeuse chevelure rosée de son entretien ? C’était en cela que le jeune Kang pouvait se montrer surprenant. Il arborait un look, puis, une fois qu’il s’en était lassé, il changeait pour en trouver un autre plus approprié à ses humeurs du moment. Et en ce moment, son humeur dominante était la malice, l’espièglerie, la curiosité. Il n’avait eu de cesse de songer à cet homme serpent qui l’avait embauché dans son fantastique bar. Que s’était-il réellement passé, là-bas, durant l’instant où Asuka avait franchi la porte et celui où il l’avait repassée ? Des regards, des paroles... Tout ça pourtant si bref et si... si insatisfaisant. Cette fois-ci, Asuka se promettait d’être satisfait lorsqu’il quitterait le lieu.
Au cours de ces derniers jours, Asuka les avait vus dérouler plutôt rapidement. Il avait abandonné son précédent poste, ou plutôt « disparu sans laisser de traces ». Il avait eu des échos, dans le quartier, de sa démission prématurée qu’on ne comprenait pas plus que son comportement. Mais il avait toujours agi de cette manière depuis qu’il était arrivé en Corée, et ce mode de vie lui convenait à merveilles. Il avait l’impression de toucher du doigt ce qu’il cherchait depuis trop longtemps. Sauf que prononcer le simple mot de « liberté » l’aurait mis en une transe incroyable. Éternel insatisfait de cette vie monotone qu’on lui avait proposé dès la naissance, il tentait de faire de son mieux pour combler ce vide en lui. Cependant, il se demandait des fois s’il y parviendrait. Avec le Belphégor, ses espoirs semblaient avoir repris du vivant.
Pas de rouge à lèvres ce soir-là pour se représenter devant Mama, mais juste du noir pour encadrer ses yeux mesquins. Au niveau de ses vêtements, il avait joué la touche de la sobriété, presque de l’enfant timide qui sommeillait au fond de son âme. Un legging noir moulait ses fines jambes et fesses, un long tee-shirt noir ainsi qu’une veste fluide de la même couleur complétait l’ensemble. Bien sûr, ses bottes étaient également noires – et usées, pour ainsi dire qu’elles étaient celles qu’il avait emporté du Japon et qu’il préférait. Dans son sac, en revanche, il avait enfoui une tenue moins sage, moins habillée aussi, pour la représentation qu’il allait livrer sur scène d’ici quelques heures. Ce fut un fin sourire déposé sur ses lèvres à l’arrière d’une cigarette qu’il quittait son appartement pour rejoindre le bar dans lequel il exercerait à partir de ce jour.

Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine plus il approchait de ce lieu mystérieux. Le lieu, ou bien le patron ? À cette pensée, Asuka ralentit légèrement pour terminer sa barrette de nicotine avant de pénétrer une nouvelle fois dans l’établissement. Il avait toujours été plus ou moins sentimental, ou plus simplement, sensible, mais cette fois-ci, il ne voulait pas s’autoriser à l’être. Il choisit de se montrer plus aventureux et joueur que jamais. Après tout, n’était-ce pas pour cela que le dénommé Mama l’avait embauché ?

Unique.
Excentrique.
Pourtant, il était bien le contraire. Il n’était qu’un enfant passe-partout, balloté dans son enfance et dans son adolescence, dernier d’une fratrie de quatre enfants. Il ne s’était jamais plaint, parce qu’il ne connaissait que ça. Que cette ambiance à la fois chaleureuse et si détestable. La vie n’était simple pour personne, se révélait être un Enfer pour certaines autres.
Alors, il y avait eu le chant. Cela l’avait beaucoup aidé, et aujourd’hui encore. Il chantait pour raconter ce qu’il pensait de telle ou telle chose, pour dévoiler ses envies, ses désirs, ses besoins, pour apprendre aux autres qu’il y avait la possibilité de ne jamais se trouver seul. Il chantait, et c’était sur scène qu’il montrait définitivement la plus belle partie de lui-même. Si son grand-frère avait pu le voir, rien ne se serait jamais déroulé comme le tournant que cela avait pris.

Il écrasa sa cigarette sous sa chaussure, poussa la porte de l’antre du Belphégor. Le même frisson qui l’avait parcouru la première fois vint le surprendre. Ce fut avec la même aisance, cette aisance finalement retrouvée grâce à cet endroit, qu’Asuka rejoignit les lumières tamisées de la salle. Il se demandait sur le programme que lui avait concocté son patron, jusqu’à ce que celui-ci décide de se montrer.

« Mama, êtes-vous là ? Je suis arrivé. »

L’ambiance le comblait d’ores et déjà tandis qu’il rehaussait son sac sur son épaule. Comme il n’obtint pas de réponse immédiate, il partit s’asseoir sur le rebord de la scène, ayant hâte de fouler encore une fois ces planches de bois qui paraissaient l’appeler en secret.
Code by AMIANTE

_____________________________
 
If I look back I am lost
“On vit avec un cœur trop plein dans un monde trop vide. Et sans avoir usé de rien, on est désabusés de tout.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Ame Masamune
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
61

pseudo :
INCUBUS / 夢魔

avatar + © :
Tsuzuku (Mejibray) + ©️myself



Erratic Masochist

âge du perso :
30

adresse :
Shinjuku (Ni-Chôme), bb ♥

emploi/études :
Propriétaire d'un bar gay ; le Belphegor - 淫魔

décore ton profil :


BEAUTIFUL DEFORMITY



❝ In the womb, what the Fate decided ? ❞

裂けだした未来 飾る言葉が無い
その愛から今 飛び立つ

━━━━━




夢を売りましょう〜

❝ We awake in the shadow of the city, the incubi that made you hungry, playing dreamy melodies from caskets shrouded in darkness. Ominously throwing back our shoulders, we spit. When children are dreaming in the city ruled by neon lights I smile scornfully at the funeral processions of the corpses who sought delight. ❞

━━━━━


Lustful Pride



You buy dream, you buy love.
You buy me.


❝Welcome to Belphegor


Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Nov - 22:53



EXPLOSION SHOWCASE
Asuka & Mama

BELPHEGOR'S THEME


Le fameux jour –soir- était enfin arrivé. Masamune n’avait pu s’empêcher d’y penser, comme à une idée fixe qui vous prenait à n’importe quel moment, à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit. Une idée qui le « tourmentait » délicieusement. Il le revoyait encore et encore, apparaissant comme un fantôme dans le bar en même temps que l’ombre tombait sur la ville. Comme une créature nocturne, tentatrice, venue lui faire une proposition qui n’en était, au final, pas vraiment une. Peut-être enjolivait-il la scène. Sûrement. Mais cet homme à la chevelure rosée lui avait laissé une impression qui l’avait marqué jusqu’à l’os, se frayant un chemin dans sa chair. Car il avait bien reconnu un « semblable » ; un être unique : quelqu’un qui n’entrait dans aucune case, aucune catégorie. Et qui n’y entrerait certainement pas.
Mais, plus encore que son physique, c’était bien sa personnalité qui l’avait marqué à vif. Quelqu’un d’insaisissable, qui savait adroitement s’esquiver. Et, plus que tout, quelqu’un d’espiègle, qui savait jouer. Charmer. C’était une certitude qui s’était retrouvée inscrite sur ses lèvres dès lors qu’Asuka les avait dangereusement frôlé des siennes. Et l’ambiance feutrée –joueuse- qui s’était installée entre eux à leur première rencontre ne pouvait témoigner que d’une seule chose : ce mystérieux chanteur agissait sur lui d’une telle façon qu’il ne pouvait pas même le nier. Il l’intriguait. L’intéressait. Lui plaisait.
Et il était certain qu’il le comblerait sur le plan professionnel –aussi.

Le Belphegor –étant ce « genre » d’établissement- ne passait pas inaperçu. Les rumeurs s’étaient déjà répandues dans le quartier et certainement auprès de la clientèle qu’il visait. Ce soir, jour de l’ouverture, il était certain que l’endroit serait rempli –et ce en grande partie de badauds. Mais qu’importait. Les habitués finiraient par le fréquenter ; forcément, il y en avait toujours. Et avec l’intervention d’artistes aussi charismatiques qu’Asuka, il était quasi-certain que le bar serait comble. Non, il le savait. Masamune –Mama- savait toujours. Et il savait bien.
Ses cheveux de jais –d’une raideur impressionnante, si propre aux asiatiques- retombaient dans son coup négligemment ; il n’avait pas pris la peine de les arranger comme il en avait l’habitude. Il avait aussi laissé tomber les doubles rangées de faux-cils et les plumes, les fards colorés et brillants sous la lumière artificielle des néons. Ses iris, aujourd’hui d’un rose pâle, reptilien, n’étaient rehaussés que de cernes obscures qui couvraient toute la surface de ses paupières et remontaient jusqu’à la courbe de ses sourcils. Masamune semblait vouloir marquer le coup pour la soirée, impressionner d’une autre façon qu’il le faisait habituellement –peut-être, inconsciemment, dans l’unique but de l’impressionner : lui. Habillé d’un simple pantalon noir, moulant, son torse n’était recouvert que d’une résille très fine, surmonté d’une chemise laissée ouverte. Un certain nombre de ses tatouages, couvrant ses bras et son torse, ainsi que ses piercings, étaient visibles. En guise d’accessoire, il ne portait qu’un simple crucifix autour de son cou. Déjà, il s’affirmait sensiblement en tant qu’homme ; pas tout à fait. Voici ce qu’il était :à mi-chemin entre les deux ; au dessus. La majeure partie des employés réunis dans les vestiaires le dévisageaient parfois avec un air déconcerté alors qu’il s’occupait de leur donner les dernières instructions. Bientôt –il l’espérait- il n’aurait plus besoin de les briefer de la sorte.
Il entendit la porte du Belphegor claquer, et reconnu une voix qui, contre lui, le fit sourire sensiblement. Asuka était arrivé. Il dut cependant répondre à quelques questions afin de calmer les inquiétudes des serveurs. Ce fut donc après plusieurs minutes qu’il fit irruption dans le bar, toujours ce mystérieux sourire aux coins de ses lèvres nues. « Désolé pour l’attente, je devais m’occuper...de certaines affaires... » Son sourire se troubla un instant, et il ne put dissimuler la surprise dans sa voix. Asuka avait partiellement changé d’apparence ; il n’y avait plus aucune trace de cette longue chevelure qui avait eu un si fort impact sur lui. Il se figea de courtes secondes, posant sur lui son regard translucide ; il ne cherchait même pas à cacher le fait qui le détaillait avec insistance. Au final, ce changement restait subtil ; il voyait toujours en lui cette personne particulièrement « charmante ». Et inévitablement, il se trouvait à côté de la scène, l’endroit qui lui convenait définitivement le mieux, concluait-il en s’arrêtant –encore- sur ses jambes. Il était étonnamment « sage » au point de vu vestimentaire, remarqua-t-il ;  cependant, en apercevant le sac qu’il tenait, il tira quelques conclusions. « Nous allons ouvrir dans une demi-heure » enchaîna-t-il comme si de rien n’était, choisissant finalement de venir à sa rencontre. Debout devant lui, il ne le quittait plus du regard. « Asuka... »commença-t-il avant de s’arrêter, comme s’il cherchait ses mots. « ...à partir de maintenant, laissons tomber le vouvoiement ; ici, tout le monde tutoie Mama de la même façon que Mama tutoie tout le monde » Il ne mentait pas ; il voulait donner au Belphegor cette dimension particulière ; fantasmagorique et, peut-être, chaleureuse. Les rapports hiérarchiques ou de distance n’avaient pas lieu d’exister. « Les vestiaires sont par ici »lui indiqua-t-il en pointant de ses doigts aux ongles laqués de noir l’endroit qu’il venait de quitter, dissimulé derrière un rideau, dans le fond de la salle. « Je te laisse te préparer ; une fois que tu seras prêt, nous discuterons du programme... » Mama se contenait ; à vrai dire, il était plus que curieux de voir ce qu’allait lui réserver Asuka. Mais il se faisait violence : il fallait rester un minimum professionnel.
Pour l’instant.




_____________________________
P R I D E
『世界の終わりを歌う。』

Revenir en haut Aller en bas
Tsukushi Asuka
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
44

pseudo :
Shina.

avatar + © :
Yuuki (INITIAL'L /ex.LYCAON) ©️INCUBUS

emploi/études :
chanteur qui se prostitue plus ou moins sur scène dans le bar du Belphégor. voyant aussi, parce qu'il dit pouvoir prévoir les choses. et il accepte le travail au noir pour compléter les mois. c'est déjà pas mal.

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Nov - 17:42

explosion showcase
Masamune & Asuka

"it's my first day, boss."



BELPHEGOR ► Perché sur le haut de cette scène, presque comme un enfant qu'on aurait abandonné là, Asuka attendait sagement (du moins en apparence) l'arrivée de son patron. Il était impatient de revoir ce visage si singulier, cette présence qui l'avait transcendé dès que son pied avait été déposé à l'entrée de l'établissement. Il souhaitait plus que tout redécouvrir cet homme impérieux, ce serpent malin, cette personne tout simplement décadente. Aussi Asuka ne fut-il pas déçu quand il s'approcha de lui.
Tout participait à leur nouvelle rencontre et un timide sourire se traça sur les lèvres du nouvel arrivant. Pour ne pas se montrer irrespectueux avec son supérieur, le petit chanteur sauta hors des planches de bois dans la promesse de les retrouver d'ici moins de temps que celui qu'il avait mis à se faire embaucher au Belphegor. Masamune était donc là, à quelques centimètres de lui. D'un rapide regard, ils s'analysèrent tous les deux ; Mama était dans toute sa splendeur pour cette soirée. Néanmoins, ce qui attira davantage les pupilles curieuses d'Asuka, ce fut les nombreux tatouages ainsi dévoilés. Un frisson le parcourut sans qu'il ne puisse en expliquer la raison... A moins que c'était à cause de l'image de son doigt glissant sur chacun de ces traits noirs tracés, indélébiles ?

« Mais je vous en prie, sourit-il gracieusement, vous n'avez pas à vous justifier devant moi. »

Se soustraire. Se soumettre.
Souviens-toi de toujours le faire, Asuka. Au moins dans un premier temps. Parce que c'est de cette manière que tu charmes tous ceux qui te tournent autour. Parce que c'est ainsi que tu es le plus doué et le plus à-même à les faire faire ce que tu désires d'eux.
Mais cette fois-ci, n'était-ce pas différent ? Bien sûr que si. Mama était différent. Différent de tous les autres qu'il avait pu entourlouper. Ici, Asuka jouait dans la cour des grands et il se doutait que l'homme-serpent en face de lui saurait infiltrer son venin en lui au moindre de ses écarts. Et c'était aussi pour cela que le jeune homme continuait de jouer, comme avant. Pour le tester. Finalement, le petit brun n'était qu'un adulte coincé dans l'esprit d'un enfant de deux ans.

Les mots de Masamune, rendu si proche de lui, le tirèrent de ses rêveries. Il fronça cependant les sourcils ne l'entendant lui apprendre qu'ici, au Belphegor, il était de rigueur d'abandonner le vouvoiement. Asuka hésita à dire quelque chose, ne se voyant pas tout à fait tutoyer cet homme. Et puis, selon lui, le vouvoiement possédait une particularité très sensuelle sur laquelle il adorait jouer.
Sauf que, dans un premier temps, le chanteur se contenta d'acquiescer silencieusement d'un bref mouvement de la tête. Son regard suivit le doigt de son interlocuteur, vers le rideau à l'arrière de la salle.

« Je vous reviens tout de suite. »

Il disparut aussitôt, avant même que, l'espérait-il, Mama n'eut le temps de comprendre qu'il venait de le vouvoyer une fois de plus.
Dans les vestiaires, il y avait quelques autres personnes qui se changeaient. Rapidement, le petit chanteur put faire leur connaissance, mais, à vrai dire, aucun n'attira en particulier son regard. Peut-être était-ce sans doute à cause de son impatience à retourner auprès du patron...
Son sac ouvert sur l'un des bancs, il commença à se changer. Pour le haut, ce fut rapide puisqu'il n'enfila qu'une veste sombre, légère, qu'il laissa déboutonner son torse fin et imberbe. Pour agrémenter sa peau laiteuse, il enfila plusieurs colliers de différentes tailles et formes. Pour le bas, il troqua son leggins pour enfiler une paire de collant en résille, rehaussé par un short en cuir. Une grosse boucle de ceinture compléta l'ensemble - avant qu'il ne passe ses pieds dans des bottes de cuir qui lui allaient jusqu'aux genoux. Apercevant un miroir, il attrapa son rouge à lèvres pour badigeonner celles-ci d'un geste habile. Enfin, il remit un peu d'ordre dans sa chevelure, adressant un petit sourire à son reflet.
N'ayant plus rien à voir avec l'homme de tout à l'heure, Asuka rangea son sac dans l'un des casiers mis à disposition et quitta les vestiaires pour revenir près du comptoir.

« J'espère que je ne vous ai pas fait trop attendre, Mama, lâcha-t-il en le rejoignant. Que pensez-vous de ma tenue ? J'espère que les clients apprécieront. »

Plus provocateur désormais, Asuka débutait tranquillement son petit rôle, abandonnant un fin rire derrière sa main. S'il avait mis ses cuisses dans un short, c'était pour posséder le regard de Mama sur son corps. Est-ce que cela relevait de la perversion ? Mais n'était-ce après tout pas le but de ce bar ?
Le petit brun se permit de se hisser sur l'un des tabourets, venant ainsi presque à la hauteur de son interlocuteur. A ce niveau-là, il put davantage contempler ses tatouages sans même s'en priver, ou même, s'en excuser de l'avoir trop fait.

« Alors, quel est le programme pour cette délicieuse soirée qui s'annonce en perspective ? »

Pour revenir à ses pupilles reptiliennes, Asuka pencha la tête sur le côté, souriant en coin. Et dire que cette « délicieuse soirée » ne faisait que commencer...

Code by AMIANTE

_____________________________
 
If I look back I am lost
“On vit avec un cœur trop plein dans un monde trop vide. Et sans avoir usé de rien, on est désabusés de tout.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Ame Masamune
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
61

pseudo :
INCUBUS / 夢魔

avatar + © :
Tsuzuku (Mejibray) + ©️myself



Erratic Masochist

âge du perso :
30

adresse :
Shinjuku (Ni-Chôme), bb ♥

emploi/études :
Propriétaire d'un bar gay ; le Belphegor - 淫魔

décore ton profil :


BEAUTIFUL DEFORMITY



❝ In the womb, what the Fate decided ? ❞

裂けだした未来 飾る言葉が無い
その愛から今 飛び立つ

━━━━━




夢を売りましょう〜

❝ We awake in the shadow of the city, the incubi that made you hungry, playing dreamy melodies from caskets shrouded in darkness. Ominously throwing back our shoulders, we spit. When children are dreaming in the city ruled by neon lights I smile scornfully at the funeral processions of the corpses who sought delight. ❞

━━━━━


Lustful Pride



You buy dream, you buy love.
You buy me.


❝Welcome to Belphegor


Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Nov - 0:41



EXPLOSION SHOWCASE
Asuka & Mama

BELPHEGOR'S THEME


Masamune n’était pas nerveux –comment cela aurait-il pu être possible pour quelqu’un tel que lui, qui savait garder son sang froid en n’importe quelle circonstance ?- mais la présence du chanteur le détendit légèrement ; en même temps qu’elle l’excitait contre son gré. Depuis combien de temps l’avait-il attendu, déjà ? Il ne savait même plus. Asuka avait le don de capter son attention comme personne ; ce soir encore, il était certain que cela serait le cas. Avec le recul,  cela pouvait même en devenir troublant : lui qui était désintéressé de tout –de tous- s’en retrouvait le premier fasciné ; perturbé.
Le nouvel arrivant sembla lui rendre son regard insistant ; il tenta de dissimuler adroitement la satisfaction qu’il éprouva. En entendant le ton caressant de sa voix, il ne put s’empêcher de se remémorer –pour la énième fois- leur dernière rencontre. C’était presque surréaliste de le voir ici, de penser qu’il n’allait pas s’évaporer d’une seconde à l’autre ; du moins l’espérait sincèrement. Tout en lui parlant, Masamune cru voir son visage se troubler un instant. Venait-il de dire quelque chose qui lui déplaisait ? Il n’eut pas même le temps de lui poser la question que son interlocuteur y répondit bien vite, tout juste avant de disparaître dans les vestiaires. Il se retourna pour fixer le rideau derrière lequel il venait de quitter la pièce. Il resta un moment perplexe puis, après une courte réflexion, afficha un sourire. Sourire presque sarcastique. Le tutoiement n’était donc pas au goût d’Asuka ? Cela venait de le surprendre sur le coup, mais, au final, il réalisait que cela correspondait parfaitement à la nature du jeune chanteur : une certaine docilité –apparente ?- qui semblait cacher un fond rebelle. Une paradoxalité qui, subitement, lui paraissait charmante. Intéressante.
Bien vite, Asuka refit son apparition dans le bar. Mama, qui s’appuyait sur le comptoir avec nonchalance, ne put s’empêcher de jeter un regard dans sa direction, brûlant de curiosité. Et, en le découvrant, il se félicita intérieurement d’avoir su attendre patiemment : il n’était pas déçu. Cette nouvelle tenue n’avait rien à voir avec la précédente. C’était la première fois qu’il avait le loisir d’observer son torse, dont la pâleur faisait écho à celle de ses cuisses, admirablement mis en valeur par un short en cuir. Masamune n’arrivait à réprimer la fixation qu’il faisait sur ses jambes. C’était étrange ; une femme aurait pu porter la même tenue, il n’en aurait tiré que du dégoût. Sur le chanteur, en revanche...cela se passait de mot. Il resta silencieux, à le contempler longuement. Et dire qu’il allait monter sur scène dans cette tenue... Le Belphegor allait être bondé : cela ne faisait définitivement plus aucun doute. Il le regarda s’avancer vers lui dans une allure féline. Ce qu’il pensait de ses vêtements ? Quelque chose lui soufflait qu’Asuka connaissait déjà sa réponse, et que ses regards-même pouvaient en dire plus que ses mots. Mais, en cet instant, ce n’était pas de son accoutrement –du moins pas immédiatement- dont il avait besoin de lui toucher quelques mots.
Alors que son interlocuteur prenait place à ses côtés, il tendit une main vers lui, touchant distraitement ses colliers comme pour y remettre un semblant d’ordre. Ses iris rosâtres étaient fixés sur son torse qu’il vint à effleurer du bout des doigts. « Peut-être devrais-je réserver le vouvoiement pour des circonstances, disons...plus intimes ? » murmura-t-il d’une voix basse, comme s’il se parlait à lui-même. Pourtant, lorsqu’il releva les yeux, ce fut bien pour le regarder. Il se mit à lui sourire –encore- comme si de rien n’était. « Ta tenue est parfaite. Les clients n’auront d’yeux que pour toi. » Pour l’instant, il avait la ferme attention de continuer sur sa lancée et de lui parler sur ce ton. Dans un sens, cette différence de langage était presque agréable. Cela donnait l’illusion qu’il avait un semblant de pouvoir sur cette personne qui attisait continuellement son intérêt.
L’agitation commençait à gagner le bar ; l’ouverture allait être dans une poignée de minutes seulement. Ignorant cette effervescence, il ne détachait pas son regard d’Asuka. « A vrai dire...je compte te faire passer lorsque le bar va se remplir»commença-t-il en jetant un bref coup d’œil à la pendule derrière lui qui allait bientôt afficher 23h. « Tu seras le seul artiste pour ce soir et –évidemment- des musiciens seront à ta disposition ; tu pourras les solliciter lorsque tu en auras besoin. Mais je ne pense pas te faire chanter toute la soirée, tu pourras arrêter au bout d'une heure ou deux » Son regard glissa en direction de la scène. Personne ne l’habiterait mieux que le chanteur : c’était une évidence. Il ne pouvait cependant pas le laisser chanter de l’ouverture jusqu’à la fermeture. Il fallait qu’Asuka se fasse désirer ; en somme, miser sur l’éphémérité de l’instant : ce qui ne la rendait que plus belle. Son regard revint vers lui. Il avait impatience de l’entendre. Ses iris redescendirent vers ses lèvres qui étaient à présent revêtues d’une sublime couleur ; gourmande. Au plus profond de lui, il se promit que si elles venaient à le frôler une seconde fois, il ne les laisserait pas s’en tirer indemnes. « Et pour le reste de cette délicieuse soirée, je ne demanderai qu’une seule chose : surprends moi »glissa-t-il en se penchant vers lui, un air presque provocateur au visage. Puis, il se redressa et interpella un serveur : « Tu peux aller ouvrir. »
Les choses sérieuses allaient commencer. Il ne restait plus qu’à voir de quelle façon allait se dérouler cette « délicieuse » et –il le savait d’ores et déjà- longue soirée.




_____________________________
P R I D E
『世界の終わりを歌う。』

Revenir en haut Aller en bas
Tsukushi Asuka
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
44

pseudo :
Shina.

avatar + © :
Yuuki (INITIAL'L /ex.LYCAON) ©️INCUBUS

emploi/études :
chanteur qui se prostitue plus ou moins sur scène dans le bar du Belphégor. voyant aussi, parce qu'il dit pouvoir prévoir les choses. et il accepte le travail au noir pour compléter les mois. c'est déjà pas mal.

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 13:01

explosion showcase
Masamune & Asuka

"it's my first day, boss."



BELPHEGOR ► Il l'avait remarqué. Bien sûr qu'il l'avait remarqué. Asuka n'avait beau ne pas réellement connaître Mama, mais il savait que ce dernier avait bien entendu son vouvoiement rester. Et le plus petit avait décidé de ne pas le retirer de ses paroles. De l'exagérer, même, lorsqu'il en aurait l'occasion. Il roulerait ses syllabes en même temps que ses hanches pour faire apprécier cette personne surjouée qu'il était devenue. La provocation incarnée pour siéger dans cet établissement somptueux. Asuka devait se montrer à la hauteur de l'aventure qui se dressait devant ses yeux. Il sut qu'il était sur la bonne voie lorsqu'il revint vers le propriétaire du bar et que celui-ci ne se gêna pas pour abandonner son regard sur sa tenue extravagante. Un léger sourire vint prendre forme sur les lèvres rouges d'Asuka tandis qu'il se hissait sur le tabouret près de Mama.
Quand celui-ci tendit ses longs doigts tatoués pour remettre de l'ordre dans ses colliers, un frisson parcourut le corps du brun. La présence de l'être en face de lui fut deux fois plus présente au moment où il effleura son torse. Des idées loin d'être saines surgirent dans l'esprit du chanteur qui tenta de les enfouir de nouveau où elles devraient demeurer. L'ouverture du Belphegor était plus que proche ; Asuka jouerait sa plus belle carte lorsqu'il monterait fouler de ses compensées cette scène en bois.
Il lui sourit à son compliment, appréciant lui aussi que son patron le tutoie tandis qu'il le vouvoie. Se soumettre de cette manière si simple fonctionnait à tous les coups. Asuka fut presque déçu de cette réaction de la part de Mama. Venait-il de s'infiltrer dans une mince faille de sa complexité ? De cette façon, c'était finalement plaisant d'y penser, tout comme le programme qui lui fut communiqué. Il acquiesçait sagement aux paroles, s'imaginant déjà derrière le micro. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas eu l'occasion de se transformer vraiment sur scène.

« J'ai vraiment hâte de vous prouver que vous n'avez pas eu tort de m'embaucher dans votre établissement, Mama », glissa-t-il de sa voix naturellement sensuelle puisqu'efféminée et ponctuée de douceur. Un contraste d'ailleurs interpellant.

Un nouveau sourire prit place sur son visage au rapprochement de son vis-à-vis. Le surprendre... Que les portes viennent à s'ouvrir, et Asuka saura le faire mieux que n'importe qui d'autre.

Peu à peu, les clients arrivaient. Puisqu'il s'agissait d'un établissement réputé pour les homosexuels, il n'y avait que très peu de personnes curieuses qui s'aventuraient par ici. Asuka avait débuté son jeu. Mama le voulait surprenant, il le serait. Il vagabondait de clients en clients, demandant si tout se passait bien, s'ils désiraient la moindre chose. Il se présentait comme un hôte, répondant au moindre désir qu'on lui exposé. Il était sollicité d'un côté ou d'un autre, dragué par certains vicieux, mais il savait parfaitement s'extraire de ces situations, repoussant subtilement les mains qui auraient aimé se perdre ailleurs que sur les verres.
Il s'amusait, souriait, était finalement peut-être plus vrai qu'à n'importe quel autre moment de la journée. Mais ce ne fut qu'au moment de grimper sur scène qu'il ressentit l'émotion le prendre aux tripes. Il se déroba des clients qu'il avait rejoint, distrait en leur proposant de lire les lignes de leurs mains puisqu'il se prenait aussi pour un voyant. Asuka chercha Mama du regard, l'aperçut plus loin et vint se faufiler à ses côtés.

« J'espère que vous serez le premier à m'applaudir Mama. Je vais monter sur scène à présent. »

Regardez-moi, Mama. Ne laissez votre regard se porter que sur ma frêle silhouette qui va, d'un instant à l'autre, je l'espère, vous surprendre.
Soyez le premier à m'applaudir puisque vous avez été le premier à me voir.

Le brun fut rapide à rejoindre les musiciens et leurs demanda de le suivre sur scène. Il y avait du bruit dans le Belphegor, l'alcool coulait à flot et les rencontres paraissaient aller bon train. C'était le bon moment pour les faire taire et les emporter dans une toute autre dimension. Ils perdraient la notion du temps, ignoreraient même s'il existait vraiment. Asuka les emporteraient tous ailleurs.
Il empoigna le micro, le régla à sa hauteur et eut à peine à demander le silence. Curieux, tous l'avaient suivi jusque sur scène et, à ce moment-là, il délivra son nom.

« Encore une fois bienvenue au Belphegor. Remerciez votre hôte, Mama, pour cette délicieuse soirée. Je suis Lyli. »

Il n'attendit pas davantage pour faire un signe de la main aux musiciens dans le but de débuter la première chanson. Son même sourire plaqué sur le visage, espérant avoir atteint le patron de l'établissement avec le surnom auquel il avait songé ses derniers jours.
Et puis la soirée débuta réellement pour Asuka, ou Lyli. Lui qui avait été un peu stressé, fut heureux de voir que sa justesse ne l'avait pas quitté. Et les yeux clos, il chanta durant de longues minutes, ne remarquant à peine les heures qui s'égrenèrent. Toute son âme s'évadait dans ses paroles, dans ses gestes et mouvements. Tantôt provocateur, tantôt sensuel, tantôt sage, Lyli jouait sur tous les tons pour plaire à tout le monde, mais surtout, il ne fallait pas se leurrer, à Mama.
Code by AMIANTE

_____________________________
 
If I look back I am lost
“On vit avec un cœur trop plein dans un monde trop vide. Et sans avoir usé de rien, on est désabusés de tout.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Ame Masamune
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
61

pseudo :
INCUBUS / 夢魔

avatar + © :
Tsuzuku (Mejibray) + ©️myself



Erratic Masochist

âge du perso :
30

adresse :
Shinjuku (Ni-Chôme), bb ♥

emploi/études :
Propriétaire d'un bar gay ; le Belphegor - 淫魔

décore ton profil :


BEAUTIFUL DEFORMITY



❝ In the womb, what the Fate decided ? ❞

裂けだした未来 飾る言葉が無い
その愛から今 飛び立つ

━━━━━




夢を売りましょう〜

❝ We awake in the shadow of the city, the incubi that made you hungry, playing dreamy melodies from caskets shrouded in darkness. Ominously throwing back our shoulders, we spit. When children are dreaming in the city ruled by neon lights I smile scornfully at the funeral processions of the corpses who sought delight. ❞

━━━━━


Lustful Pride



You buy dream, you buy love.
You buy me.


❝Welcome to Belphegor


Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 23:08



EXPLOSION SHOWCASE
Asuka & Mama

BELPHEGOR'S THEME


C’était étrange. Exaltant. Se tenir ici, dans cet endroit, dans cet univers –son monde, fait de dépravation et de folie, d’orgueil et de plaisir- avec des personnes dignes de son intérêt, charismatiques, comme pouvaient l’être Asuka... Il sentait cette vanité si particulière, celle qui lui était propre, par laquelle il vivait, prendre possession de son être. Il en avait vécut, des nuits comme celle-ci, plongé dans la semi-pénombre d’un bar nimbé d’écrans de fumés et de vapeurs alcoolisées, où les silhouettes sybarites s’épanchaient dans des murmures lascifs. Pourtant, ce soir, il s’agissait de transmettre quelque chose qui lui était propre, d’éblouir. Et, peut-être, de corrompre –délicieusement. Le Belphegor se voulait vendre du rêve à ceux qui ne dormaient pas ; ceux qui cherchaient à assouvir un désir, atteindre un idéal inaccessibles : ceux qui étaient humains. Et ainsi donc, il se tenait là. Mama se tenait là et regardait ; étendait le bras pour faire naître des passions interdites, faire miroiter des fantasmes brûlants. Mais pour cela, il n’était pas seul : les membres du bar avaient un rôle primordial.
Il ne releva pas les paroles que lui glissa Asuka, se contentant de lui rendre un sourire en coin. Il n’en doutait pas un seul instant. Il était impossible de penser qu’il pouvait avoir tort d’une quelconque façon –il était lui, après tout. Mais il ne pouvait s’empêcher de se montrer curieux ; il brûlait même de l’envie de l’entendre chanter, de le voir sur la scène, dans toute sa splendeur et sa sensualité ; le dévorer du regard. Il fallait pourtant se montrer patient et garder une attitude composée. Sous ses fards obsidienne, Masamune se voulait d’une désinvolture extrême. Il était dans son rôle ; un de ceux, innombrables, qu’il s’était constitué. Créé.

LeBelphegor se remplissait à vue d’œil, la soirée débutait peu à peu. Il aimait observer l’attitude des gens qui entraient dans son univers, une expression de surprise au fond de leur regard. Tranquillement assis derrière le comptoir du bar comme à un poste d’observatoire, il se complaisait à détailler tout ce qui se tramait. Son attitude de contemplation ressemblait à celle d’un démon rêveur, surveillant le peuple sur lequel il siégeait. Et, dans cet état de réflexion figée, son regard ne pouvait s’empêcher de s’arrêter sur Asuka, de le suivre. Ce qu’il pouvait être étrange de le voir s’affairer dans un tel contexte, avec tous ces « autres » ... Il semblait pourtant s’y mouvoir à merveille, attirer sur lui toutes les attentions. Il ne pouvait en être qu’ainsi. Mais il se permettait de penser, avec un orgueil qu’il ne cherchait ni à nier ni à cacher, que tous ces regards jetés sur lui ne pouvaient le flatter autant que le sien : qu’il le regardait d’une manière différente –qui ne l’était peut-être que de nom.
Lorsque le chanteur vint le voir pour lui annoncer qu’il allait à présent monter sur la scène, l’ardeur de son intérêt monta d’un cran. Il ne demandait qu’à le voir –enfin. Depuis leur rencontre, le jeune homme s’était gardé de lui dévoiler la moindre chose quant à son art. Masamune ne pouvait qu’avoir hâte de le découvrir enfin sous un autre jour ; sous les lumières de la scène et non cette habituelle pénombre –qui n’en était pas moins chargée d’une dimension tentatrice. A  l’entente du pseudonyme sous lequel Asuka se présentait, Masamune ne put retenir un rire. Il avait donc décidé d’en revêtir un ? « Lyli » ... Quel nom bien enfantin pour quelqu’un qui dégageait une telle provocation et ce, de façon presque innée. Encore une fois, son intérêt n’en fit que redoubler.
Les premières notes qui s’échappèrent de ses lèvres pulpeuses pour se répercuter aux quatre coins de la salle le figea sur place. Tout le monde sembla retenir son souffle. A l’image de sa personne, sa voix était belle : troublante. Féminine sans pour autant se départir de sa véritable nature, tantôt grave et suave, avec des inflexions qui avaient le don –prodigieux- de faire descendre quelques frissons le long de l’échine de Mama. Peut-être plus que la musique ou les paroles-même, il était touché par sa voix : envoûtante. A le voir sur la scène, plus langoureux qu’il ne l’avait encore vu, il ne pouvait s’empêcher de le comparer à une sirène. En une note, il avait captivé tout l’auditoire. Les gens s’étaient tu, se contentant de boire silencieusement et de laisser leur regard s’attarder sur ce corps qui appelait à tous les désirs. Et Masamune, dont la nature démesurée avait du mal à retenir les siens, ne pouvait détacher ses yeux de lui, tel un serpent fixant sa proie.
Le temps s’écoula à une vitesse folle : tout le monde semblait avoir été transportés dans un tout autre univers. Combiné à l’esprit de Mama et la voix de Lily, le Belphegor s’était définitivement transformé en un lieu spectaculaire. Lorsque Asuka s’arrêta, tous se mirent à applaudir avec force : même Masamune s’affairait avec flegme. Il était certain que ses regards traduisaient plus sur ce qu’il pensait que ses propres gestes. Il vint rejoindre le chanteur sur la scène, posant une main sur son épaule. « J’espère que notre cher Lyli vous aura laissé un souvenir inoubliable » s’exclama-t-il à l’adresse des clients, prenant le soin d’appuyer sur son dernier mot. Puis, il se retourna vers le chanteur pour l’attirer vers lui et lui faire quitter la scène. « Je ne peux même exprimer à quel point ta prestation m’a subjugué, Lyli » chuchota-t-il à son oreille.  Il aimait la façon dont son véritable nom, Asuka, s’échappait de sa bouche dans un léger sifflement ; cependant, ce nouveau nom roulait sur sa langue dans une tonalité parfaite : il éprouvait soudainement une certaine malice à le prononcer.
Il l’attira à sa suite derrière le comptoir, comme pour s’assurer de le maintenir hors de portée des clients. Depuis sa prestation, Asuka avait subitement pris un air encore sensuel. Erotique. Mama concevait bien mal l’idée de laisser une attitude aussi «provocante » aux mains de la faune qui peuplait le bar. Lui-même avait bien du mal à retenir ses propres regards et les frissons qui parcouraient encore ses mains. La voix qu’il venait d’entendre l’avait laissé dans un état d’excitation tel qu’il éprouvait quelque difficulté à le cacher ; il fallait bien qu’il eut au moins un vice. Tentant de porter son attention sur autre chose, Masamune sortit distraitement deux verres de sous le comptoir. « Je pense qu’un remontant serait le bien venu, qu’en dis-tu ? » lui demanda-t-il sans réellement attendre de réponse. Il enchaînait directement. « Que voudrais-tu boire ? » Et il le regardait encore, ne pouvant totalement se résoudre à détacher son regard de cette personne à l’aura si particulière.


_____________________________
P R I D E
『世界の終わりを歌う。』

Revenir en haut Aller en bas
Tsukushi Asuka
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
44

pseudo :
Shina.

avatar + © :
Yuuki (INITIAL'L /ex.LYCAON) ©️INCUBUS

emploi/études :
chanteur qui se prostitue plus ou moins sur scène dans le bar du Belphégor. voyant aussi, parce qu'il dit pouvoir prévoir les choses. et il accepte le travail au noir pour compléter les mois. c'est déjà pas mal.

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Nov - 11:39

explosion showcase
Masamune & Asuka

"it's my first day, boss."



BELPHEGOR ► Monté sur scène, Lyli était une personne tout à fait différente des autres moments. Il se libérait totalement des liens qu'on lui avait, depuis toujours, encerclés autour du corps. Des liens qui enfermaient son âme ; la contenait pour ne pas quelle prouve à tout le monde que ce n'était pas la bonne solution. C'était, juché sur ces planches en bois, qu'il chantait, qu'il se déhanchait. Les yeux closes, les lèvres entrouvertes, son cœur criait tout le bien-être qu'il possédait à l'intérieur grâce à toutes ces sensations. Un court instant, il se demanda depuis combien de temps il n'était pas monté sur une scène et l'idée lui parut plus qu'effrayante. Comment avait-il fait pour tenir si longtemps ?
Alors, durant deux bonnes heures, il laissa libre court à sa personnalité. Il dansait, chantait, parfois pour mieux attirer les regards, il caressait son corps à moitié dénudé, la sueur perlant sur son torse imberbe, si laiteux. De temps à autre, il relevait les yeux pour tenter de capter ceux de son supérieur. Est-ce que Mama aimait le voir ainsi ? Était-il surpris ? Satisfait de l'avoir embauché ? Mais s'il était toujours sur scène, que Mama n'avait pas interrompu sa représentation, cela voulait tout signifier. Lyli se permit donc de terminer son show par une chanson plus calme, plus posée, mais sans nul doute bien plus sensuelle que les précédentes. Tous les regards demeuraient figés dans sa direction, leurs mouvements parurent pourtant si lents à Lyli, bien que ça ne soit pas le cas. Ils applaudissaient, l'aimer plus que quiconque d'autre en cet instant précis.
Lyli jubilait de tout son être jusqu'à ce qu'il ressente la présence de Mama à ses côtés. Sa main se déposa sur son épaule, ses mots le félicitèrent. Asuka n'y croyait pas. Il était comme transporté dans un rêve. Un rêve dans lequel il avait tous les droits sur le peuple qui s'étendait à ses pieds. Mais Mama venait de le faire revenir sur Terre. La réalité était tout autre, bien sûr. C'était, ici, cet homme impressionnant, puissant et mystérieux qui détenait absolument tous les pouvoirs. Asuka n'était qu'un être parmi tant d'autres qui ne pouvait que s'agenouiller devant cette personne si particulière. Alors il se laissa faire, comme un pantin désarticulé sur l'instant. Mama l'attira vers lui pour le faire descendre de scène, murmurant à son oreille de sa voix suave qu'il l'avait trouvé superbe. Lyli sourit.
Ce ne fut qu'installé derrière le comptoir du bar, qu'il reprit ses esprits. Il était là, dans le Belphegor, son petit concert terminé, en sueur et ne souhaitant toujours que les pupilles du reptile en face de lui ne bougent pas de son corps. Il passa une main dans sa chevelure brune, soupirant légèrement en se permettant de s'installer sur un tabouret. Il put retrouver sa respiration, revenir complètement dans le monde dans lequel il vivait désormais. Les conversations avaient repris tout autour de lui, parlant même, sans doute, de ce que Lyli venait de leur proposer. Quant à Mama, il sortit deux verres et l'interrogea sur ce qu'il souhaitait boire. Asuka se pencha vers lui, si près de son visage qu'il put en voir les pigmentations de sa peau, et vint lui déclarer ces quelques mots :

« Le même venin qui vous fait tenir debout, Mama. Vous êtes quelqu'un de si spécial pour des êtres comme moi... »

Et ce qu'il entendait par-là, c'étaient les paroles de son grand-frère qui, constamment, raisonnaient à ses oreilles d'enfant seul et égaré.
Tu n'es qu'un être qui respire que par le bon vouloir des autres. Tu ne vis pas toi-même, mais à la bonne volonté des autres. ça t'a déjà coûté beaucoup, tu ne te souviens pas ? Ce soir-là, coincé dans cette ruelle sale... Pauvre traînée.
Parviendrait-il à dénicher un repaire, ici ? Un point où, fatigué et las de la vie qu'il tentait de mener il pourrait souffler et retrouver une certaine contenance.

« Cette soirée est parfaitement réussie, reprit-il. Vous êtes un patron vraiment remarquable. »

Et son jeu avait enfin fini par reprendre. Peu lui importait de vivre au crochet des autres, tant qu'il vivait. Il aimait se laisser manipuler, mais, toujours, en en conservant sous son pied pour demeurer quelqu'un de surprenant. Mais l'était-il sincèrement ? Il se plaisait à le croire, Asuka.
Un verre lui fut alors tendu. Il remercia poliment Mama et leva son verre dans sa direction pour trinquer avec lui. De son autre main libre, il s'autorisa à la déposer, très délicatement, sur les doigts qui entouraient toujours la bouteille installée à leurs côtés. Un contact dont il rêvait depuis son entretien d'embauche. Un contact que Mama paraissait lui promettre sans pourtant jamais oser lui voler. Cependant, Asuka se doutait que cela devait être bien plus profond que de ne « pas oser » ; Mama possédait des ressources dont le plus jeune ignorait encore les fondements.
Asuka lui adressa un sourire qui se voulait timide, mais qui, dans le fond, était surtout empli de fierté.

« A vous, Mama. Au Belphegor et à toutes les surprises qu'il renferme en son sein ! »

Il rompit le contact pour le remplacer par un adorable rire.
Pauvre traînée.
Code by AMIANTE

_____________________________
 
If I look back I am lost
“On vit avec un cœur trop plein dans un monde trop vide. Et sans avoir usé de rien, on est désabusés de tout.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Ame Masamune
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
61

pseudo :
INCUBUS / 夢魔

avatar + © :
Tsuzuku (Mejibray) + ©️myself



Erratic Masochist

âge du perso :
30

adresse :
Shinjuku (Ni-Chôme), bb ♥

emploi/études :
Propriétaire d'un bar gay ; le Belphegor - 淫魔

décore ton profil :


BEAUTIFUL DEFORMITY



❝ In the womb, what the Fate decided ? ❞

裂けだした未来 飾る言葉が無い
その愛から今 飛び立つ

━━━━━




夢を売りましょう〜

❝ We awake in the shadow of the city, the incubi that made you hungry, playing dreamy melodies from caskets shrouded in darkness. Ominously throwing back our shoulders, we spit. When children are dreaming in the city ruled by neon lights I smile scornfully at the funeral processions of the corpses who sought delight. ❞

━━━━━


Lustful Pride



You buy dream, you buy love.
You buy me.


❝Welcome to Belphegor


Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Nov - 0:31



EXPLOSION SHOWCASE
Asuka & Mama

BELPHEGOR'S THEME


Les notes de sa dernière chanson lui restaient encore en mémoire, les paroles, au bord des lèvres. Il semblait résider dans ce chant quelque chose de magnétique, envoûtant. Il avait toujours été surpris par la façon dont une voix pouvait capturer l’attention des gens ; leur cœur. Et parfois, leur raison. Masamune, d’ordinaire, n’était absolument pas sensible à la musique –il aimait pourtant s’imaginer que dans une autre vie, peut-être, elle lui était plus familière. Il ne pouvait se le cacher, –ne cherchait d’ailleurs pas à le faire- il était simplement sensible à Asuka : ses attitudes, sa personnalité, son physique, son talent. Enfin, il reconnaissait, admettait, se retrouver confronté à une existence particulière.
Il sortit de ses pensées lorsque le chanteur lui donna sa réponse. Ce fut donc sans hésiter qu’il ouvrit une bouteille de whisky, versant une quantité généreuse dans leur deux verres. L’alcool lui était toujours apparu comme un vice duquel il devait impérativement s’éloigner ; comment prétendre à une existence supérieure lorsqu’on se trouvait dépendant d’une quelconque substance ? Cependant...il ne dépréciait pas le fait de boire de temps en temps, surtout lorsqu’il se trouvait en si charmante compagnie. Les paroles d’Asuka eurent l’effet de le surprendre. Il sentait un second sens couler sous ses mots, mais sans parvenir à le comprendre. Mama ne pouvait s’empêcher de sentir une poussée d’orgueil, ce qui le révolta amèrement. Il n’y avait rien de plus humain que de se sentir flatté de la sorte. Il continua de l’écouter parler ; le plus jeune semblait visiblement d’humeur à le complimenter.
Masamune lui tendit un des verres, son éternel sourire, étrange, fixé à ses lèvres. « Je me demande si cette boisson pourrait réellement permettre cela mais...il serait toujours intéressant de constater les effets. » S’accoudant au bar, ses yeux pâles se posèrent une énième fois sur lui, sur son corps brillant de sueur. En ce moment plus qu’à tout autre, il se félicitait de l’avoir placé « en sureté » et surtout, à ses côtés. « J’espère simplement que ce nectar est à ton goût. » Son rictus redoubla sensiblement. A vrai dire, il se demandait si son interlocuteur était en mesure de tenir ce genre d’alcool. Il trinqua avec lui, amusé par l’entrain dont le chanteur faisait preuve. Son geste fut cependant maladroitement réalisé ; Asuka venait subitement de le surprendre –à nouveau- en posant l’une de ses mains sur la sienne, tenant encore la bouteille. Le sourire qu’il lui adressa avant de mettre fin à son geste le laissa une seconde perplexe. Comme à leur première rencontre, le chanteur initiait un contact –faible, mais cependant réel. Pouvait-il se permettre de prendre cela comme une confirmation de l’alchimie qui semblait se jouer entre eux ? Un feu vert qui marquait l’ouverture du jeu. Sa continuité.
Comme si de rien n’était, Asuka partit d’un rire léger. Masamune se contenta de sourire, portant son verre à ses lèvres. Pour l’instant, il avait décidé de ne pas répondre à cette attitude et se faisait violence. En cet instant, en tant que Mama, il se devait de rester composé. D’autant plus que les clients avaient toute leur attention fixée sur Lyli. Laissant ses doigts tatoués glisser songeusement le long de son verre, ses yeux revinrent vers lui. « Je n’ai aucun mérite dans le déroulement de cette soirée. Je n’ai fait qu’observer... »finit-il par répondre, prenant le soin d’omettre ce qu’il avait observé. Il se fit flegmatique, but à nouveau. « Il y a...un certain esthétisme dans la débauche, la corruption des âmes. C’est ce que j’aimerais trouver ici. Ce que je peux déjà entrevoir. » Ce commentaire sortait de nulle part. Sans aucune raison valable. Mais il avait subitement ressentit l’envie de le dire, tout en le regardant directement dans les yeux. Sur ces mots, il eut une expression ambiguë. Déjà, il sentait que l’alcool le détendait très légèrement.
Le Belphegor commençait à se vider doucement ; la fermeture était proche. Masamune donna de brèves instructions aux serveurs en charge de débarrasser les tables, puis se leva, verre toujours en main. « Je vais aller fumer » indiqua-t-il simplement à Asuka. Mama avait besoin de prendre l’air avant de s’occuper de la fermeture.  Cela l’agaçait déjà. Se fut à son tour de se pencher vers son interlocuteur. « Libre à toi de me rejoindre ou non » Il se redressa avec un petit sourire. Il aimait particulièrement le ton qu’il avait employé en lui glissant cette phrase. Comme quoi il était encore capable de répondre à leur jeu. Il s’éloigna mais s’arrêta finalement pour se retourner une dernière fois vers lui. « Mais si tu viens...penses à te changer avant. Il fait froid » lança-t-il avant de quitter la pièce.
Il reçut l’air nocturne avec délice. Il ne faisait pas si froid que cela, cependant...il ne tenait pas à se retrouver avec seul avec Asuka lorsqu’il se trouvait dans cette tenue. Car il avait beau retourner cette pensée en tout sens dans sa tête, la conclusion restait toujours la même. Le chanteur lui plaisait et ce, avec tout ce que cela impliquait dans sa conception personnelle de la chose. Et si cela ne tenait qu’à lui, il mourrait d’envie de violenter le déroulement de leur jeu. Ceci-dit...c’était une première pour Masamune. Il ne jouait pas sur « ce tableau ». Plus que l’envie de posséder, c’était bien l’envie d’être possédé qui l’avait toujours animé. Mama ne désirait personne d’autre que lui-même ; ou du moins l’avait-il toujours cru. Mais admettre ouvertement que son intérêt penchait pour un autre...son orgueil s’en retrouvait touché.
Il vida son verre d’une traite puis alluma une cigarette qu’il coinça entre ses lèvres blafardes. Fumer n’était pas une addiction ; simplement une habitude. Il passa une main dans ses cheveux de jais pour rabattre vers l’arrière les mèches qui lui tombaient devant les yeux, tout en se demandant –distraitement- si Asuka allait réellement finir par le rejoindre.



_____________________________
P R I D E
『世界の終わりを歌う。』

Revenir en haut Aller en bas
Tsukushi Asuka
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
44

pseudo :
Shina.

avatar + © :
Yuuki (INITIAL'L /ex.LYCAON) ©️INCUBUS

emploi/études :
chanteur qui se prostitue plus ou moins sur scène dans le bar du Belphégor. voyant aussi, parce qu'il dit pouvoir prévoir les choses. et il accepte le travail au noir pour compléter les mois. c'est déjà pas mal.

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Déc - 17:02

explosion showcase
Masamune & Asuka

"it's my first day, boss."



BELPHEGOR ► On ne pouvait pas dire qu'Asuka n'était pas déçu, parce que cela n'aurait pas été vrai. Il était déçu que ses attentions envers son interlocuteur ne soient pas davantage relevées, presque comme si elles étaient... mises de côté. Puisqu'il ignorait ce qui se passait dans l'esprit de Mama, Lyli prenait les choses tel qu'il les ressentaient sur l'instant. Néanmoins, même si cette déception venait peu à peu prendre une place dans son propre esprit, il ne baisserait pas les bras aussi facilement. Peut-être ne jouait-il pas de la bonne manière avec cet homme si particulièrement séduisant ? Oui, Asuka reportait la faute sur sa personnalité qu'il songeait en ce moment pas suffisante pour plaire à Masamune, son supérieur, son patron.

« Vous êtes l'homme de ces lieux, Mama, l'assura cependant le chanteur à la suite de ses paroles. Vous avez ouvert le bar le plus prometteur de sa génération en créant cette ambiance qui semble vous coller à la peau. »

Mais, pourtant si reptilien, finirait-il pas se lasser de cet endroit ? S'en débarrasserait-il comme l'animal de sa mue ? Et si l'espace venait à être détruit, abandonné, Asuka le serait tout autant. Une seconde, un frisson remonta le long de sa colonne vertébrale avant qu'il ne décide de porter son verre à ses lèvres. Ce breuvage raviva la flamme qui brûlait à l'intérieur de son corps, bien décidée à ne pas laisser cette soirée se terminer sans qu'il n'eut obtenu un quelconque geste de la part de son vis-à-vis dont les prunelles ne le quittaient pas.
Et là, fatigué par cette représentation qu'il avait donné quelques minutes auparavant, par ses parades devant tous ces yeux lubriques ainsi que par ce verre d'alcool qui ne l'aidait pas à avoir les idées réellement claires, le jeune homme se sentit vraiment perdu. Que penser du comportement de Mama ? Le désirait-il ou le repoussait-il ? Son corps, penché vers le sien pour lui intimer qu'il allait fumer une cigarette... oui, et alors ? Dans quel but concret lui déclarait-il cela ? Était-ce une invitation à le suivre, là-dehors ? Lyli passa une main dans ses cheveux noirs alors qu'il avait désormais le choix de suivre son patron ou non. Mais c'était bien ça qu'il souhaitait, Mama, qu'Asuka le retrouve à l'arrière du bar.
Il demeura pourtant encore un peu à l'intérieur du Belphegor, n'ayant pas terminé son verre et pas encore pris sa décision. Il voulut frotter ses paupières, ses yeux fatigués, mais il se rappela qu'il n'avait pas envie de ruiner son maquillage. Il se contenta donc de soupirer en abandonnant son regard sur les serveurs qui débarrassaient les dernières tables, les hôtes qui raccompagnaient les clients à la sortie en leur intimant de revenir les voir bien vite. Le bar serait toujours ouverts pour eux. L'ambiance fut tout à coup bien plus calme, les lumières tamisées paraissaient donner moins de maux de tête puisque plus personne ne s'agitait devant. Toute l’effervescence était retombée... sauf celle qui animait encore le chanteur.
D'un trait, il termina sa boisson puis se leva pour s'échapper la porte qu'avait ouverte Mama un instant plus tôt. Son choix était fait bien sûr puisqu'il n'imaginait pas une seule seconde quitter l'établissement tout aussi interloqué que lors de leur entretien d'embauche - ou frustré, d'ailleurs, ce mot correspondait tout aussi bien à l'état dans lequel se trouvait Asuka. Aussi, penser à se vêtir davantage ne lui traversa même pas l'esprit, il brûlait de chaleur, ne ressentant, dans l'immédiat, qu'à peine le froid mordant de la nuit.

« Je peux ? »

Habilement, le plus petit se hissa jusqu'aux lèvres de Masamune afin de lui dérober la cigarette qu'il venait d'y coincer. Croisant son autre bras sur sa poitrine, il tira une longue latte de cette barre de nicotine, s'amusant à recracher la fumée en tentant de faire une forme quelconque. N'y parvenant pas vraiment, il abandonna cette idée et rendit cette sucette mortelle à son interlocuteur. Il la lui glissa à nouveau entre ses lèvres, son cœur battant sous sa poitrine à cause de l'alcool qui paraissait lui monter déjà au cerveau.
Asuka finit par s'appuyer contre un mur, ses prunelles dirigées vers le ciel nocturne. Il ignorait l'heure avancée qu'il devait être, mais il n'avait pas envie de se coucher. Tout ceci ne se terminerait pas ainsi et il s'insurgea en revenant près de Mama. Timidement, presque comme s'il aurait redouté la réponse à obtenir, il déposa l'une de ses mains sur le bras de son patron, le forçant un peu à l'attirer près de lui. Là, Lyli se colla à lui, son dos contre son torse et entraîna sa main tatoué jusqu'à son torse dénudé. Ce simple contact le transportait dans une dimension bien connue... mais si improbable auprès de Mama.

« Êtes-vous pleinement satisfait de cette soirée, Mama ? Vous avez mis tellement de distance entre vous et nous... »

A travers le nous, il parlait du public, de ces clients en général, mais sûrement davantage de lui-même, Asuka, Lyli.
Il se remit à rire, amusé et quitta cette forme d'étreinte forcée. De nouveau face à son vis-à-vis, ses yeux brillants à la lueur de la lune, Asuka retira ses colliers pour entourer le cou de Mama avec. Ils étaient beaux, mais plutôt lourds à porter à force. Et puis, ainsi, il pouvait mieux les admirer, les toucher de ses doigts, sa présence plus proche de son patron. Réagirait-il différemment, cette fois-ci ?
Code by AMIANTE

_____________________________
 
If I look back I am lost
“On vit avec un cœur trop plein dans un monde trop vide. Et sans avoir usé de rien, on est désabusés de tout.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Ame Masamune
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
61

pseudo :
INCUBUS / 夢魔

avatar + © :
Tsuzuku (Mejibray) + ©️myself



Erratic Masochist

âge du perso :
30

adresse :
Shinjuku (Ni-Chôme), bb ♥

emploi/études :
Propriétaire d'un bar gay ; le Belphegor - 淫魔

décore ton profil :


BEAUTIFUL DEFORMITY



❝ In the womb, what the Fate decided ? ❞

裂けだした未来 飾る言葉が無い
その愛から今 飛び立つ

━━━━━




夢を売りましょう〜

❝ We awake in the shadow of the city, the incubi that made you hungry, playing dreamy melodies from caskets shrouded in darkness. Ominously throwing back our shoulders, we spit. When children are dreaming in the city ruled by neon lights I smile scornfully at the funeral processions of the corpses who sought delight. ❞

━━━━━


Lustful Pride



You buy dream, you buy love.
You buy me.


❝Welcome to Belphegor


Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Déc - 23:34



EXPLOSION SHOWCASE
Asuka & Mama

BELPHEGOR'S THEME


La fraîcheur extérieure l’aidait à organiser ses pensées. Expirant une bouffée de tabac, il regarda la fumée se dissiper devant ses yeux dans un amas de volutes blanches. L’effervescence de la soirée était doucement retombée, mais dans son esprit, les images défilaient toujours. Il était encore capable d’entendre la voix d’Asuka –ou plus précisément celle de Lyli ?-, le voir danser sur la scène, plus sensuel que jamais... Il s’autorisa un bref sourire : sourire qui disparut presque aussi vite qu’il était arrivé.
Il fut surpris en entendant soudainement la voix d’Asuka ; il ne l’avait pas même entendu arriver. Mama n’eut pas le temps de répondre à sa question que son interlocuteur s’exerça et lui retira sa cigarette des lèvres pour la porter aux siennes. Il soupira, encore une fois amusé par son caractère si particulier. Un caractère qui, pour l’instant, semblait plus que s’accorder avec le sien. Il le regarda à travers l’écran de fumée qui les séparait. Le chanteur s’était bien décidé à le rejoindre, certes, mais n’avait pas pour autant suivi ses recommandations, abordant toujours sa tenue « légère ». Il lui laissa finalement lui rendre son « bien » sans rien dire,  presque flegmatique. Ce genre d’attitude paraissait s’instaurer facilement entre eux. Masamune consuma bien vite le restant de la cigarette, la jetant finalement par terre pour l’écraser sous son pied. Encore une fois, il sentit les mains d’Asuka se poser sur son corps ; il se rapprocha de lui, guidant l’une de ses mains jusqu’à son torse. Il sentit un délicieux frisson le parcourir alors que sa paume rencontrait la peau nue du chanteur. Il ne pouvait s’empêcher de lui trouver un aspect « adorable », alors qu’il semblait mesurer la moindre de ses actions pour instaurer un contact entre eux, se montrant presque timide. Mais d’un autre côté...une part de lui, mesquine, lui soufflait qu’il semblait plutôt adroit à ce genre de jeu. Asuka savait comment charmer un homme, cela ne faisait aucun doute. Déjà, Mama se sentait séduit. « Cette soirée était parfaite » glissa-t-il doucement, ses yeux cernés de noir baissés vers lui. « Le seul plaisir que j’éprouve avec les autres réside dans le simple fait de les regarder. » Il exprimait –comme il le pouvait- le fond de ses véritables pensées. Evidemment qu’il y avait une distance entre lui et les « autres », puisque celle-ci n’était que le reflet de la distance quasi « naturelle » qu’il résidait entre eux ; la différence de leur existence. Mais quant à lui... Il l’avait senti dès le début. Pressenti. Asuka n’était pas un autre. Il était un semblable : différent –évidemment- sans l’être pour autant. Quelqu’un d’intéressant, de fascinant, à sa manière. A quoi bon montrer une réserve quant à cette attirance ? Le désir de le monopoliser était présent : évident. Il s’en était plus ou moins rendu compte lors de la prestation de Lyli. Il lui avait était impossible de l’abandonner aux « autres ». Et il ne pouvait pas –plus- se contenter de simplement le regarder, surtout lorsque le jeune homme ne cessait de lui envoyer des signes.
Asuka se détacha finalement de lui, riant légèrement. Même sous les faibles rayons de la lune, il restait d’une beauté peu commune. Sans comprendre réellement la visée de ce geste, Mama le laissa lui passer ses colliers autour du cou. Il fut surpris de leur poids, sentant subitement une légère pression sur ses épaules. La chaleur qu’ils dégageaient encore –celle de son vis-à-vis - l’échauffa à son tour. Il les caressa du bouts de ses doigts tatoués, comme s’il était en mesure de le toucher à travers eux. « Mais si je suis pleinement satisfait de cette soirée...c’est grâce à toi : tu es tout ce que j’attendais, Asuka. » Il le regarda, espiègle, puis se rapprocha un peu plus de lui, leurs corps se touchant presque. « Disons que tu incarnes de tout ton être le « corps » du Belphegor, son apparence. » C’était exactement cette image qu’il se représentait dans son esprit. Lyli, séduisant, provocateur, à la voix hypnotique, qui envoûtait tous ceux qui posaient le regard sur lui. Puis Mama et ses rêves, Mama et ses fantasmes ; ses aspirations qui se voulaient recréer le monde. L’ « esprit ». Et il aimait à penser, avec orgueil, que l’esprit était la seule chose qui contrôlait le corps.
Ses yeux étaient rivés vers les siens. Lorsqu’il se tenait si près de lui, il réalisait –à nouveau- la différence de taille qu’il y avait entre eux, en dépit des talons que portait Asuka. A cette constatation, il eut une moue amusée. « Du moment que tu restes ici, je ne pourrais qu’être satisfait, n’est-ce pas ? » La voix de Masamune se faisait un peu plus grave, basse. Il sentait son corps se réchauffer un peu plus sous l’effet de l’alcool et de la proximité du chanteur. Sans prévenir, il posa une de ses mains sur le torse qu’il avait touché quelques instant auparavant, la faisant descendre jusque sur ses hanches ; ce contact sembla lui brûler les doigts. Et il se rapprocha encore, leur corps se touchant à présent complètement. Mama approcha son visage du sien, sa bouche tout près de son oreille. « Mais que devrais-je faire pour réduire cette distance, Asuka ? » Il murmurait presque, parlant d’une voix caressante. « Conseille moi ; dis moi... » Enfin, il recouvrait totalement ses esprits, revenait au jeu qu’ils avaient laissé dans ce même endroit, quelques jours plus tôt.




_____________________________
P R I D E
『世界の終わりを歌う。』

Revenir en haut Aller en bas
Tsukushi Asuka
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
44

pseudo :
Shina.

avatar + © :
Yuuki (INITIAL'L /ex.LYCAON) ©️INCUBUS

emploi/études :
chanteur qui se prostitue plus ou moins sur scène dans le bar du Belphégor. voyant aussi, parce qu'il dit pouvoir prévoir les choses. et il accepte le travail au noir pour compléter les mois. c'est déjà pas mal.

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Déc - 15:32

explosion showcase
Masamune & Asuka

"it's my first day, boss."



BELPHEGOR ► C'était ça, ce qu'il aimait le plus, Asuka. C'était cette attirance que l'on avait envers lui. Cette attirance qu'il instaurait en jouant peu à peu avec les personnes dont lui-même possédait une attirance. Mais, au-delà de l'attirance, c'était surtout le fait que l'on se préoccupe de lui, qu'on sache qu'il était là, qu'il existait et que c'était pour lui que tout était mis en oeuvre. Il n'y avait que dans ces moments-là qu'ils se sentait vivant, parce que personne ne l'avait jamais regardé de cette manière si particulière dans son enfance. Ses parents l'avaient traité comme leurs autres enfants, sa grande-sœur s'était amusé de lui, le prenant pour une jolie poupée et son grand-frère... son grand-frère était l'homme le plus corrompu qu'il n'eut jamais rencontré.
Asuka adressa un sourire à Mama, appréciant le voir toucher ses colliers du bout des doigts, ayant presque cette impression surnaturelle qu'à travers cela il caressait son propre corps. Était-ce bizarre ? Malsain ? Rien ne l'était plus depuis que le petit chanteur avait mis les pieds dans cet établissement si beau, sombre et envoûtant. Alors oui, il lui souriait, s'essayant à le séduire de la façon dont il agissait avec ceux qui le méritaient. Il le séduisait et, apparemment, cette fois-ci cela semblait fonctionner sur cet homme si impressionnant.
La distance entre leurs deux corps s'amenuisaient au fur et à mesure que le propriétaire du Belphegor s'approchait de lui. De tout son petit être, Asuka frémissait. Il aimait entendre son nom dans la bouche de son patron, il aimait se sentir si faible et si petit face à lui alors que pourtant, il envoûtait tout autant Mama que lui ne l'envoûtait. Ce sentiment si spécial quand il se tenait à ses côtés... encore plus spécial lorsqu'il se rapprochait. L'espace intime était violé, pour le plus grand bonheur du chanteur. Enfin ! L'homme serpent se faufilait, s'infiltrait et s'insinuait avec cette facilité déconcertante. Oui, enfin. Enfin Asuka avait su attiré pleinement son attention grâce à Lyli qu'il était devenu.

« Où pourrais-je m'en aller, Mama ? Je ne désire que demeurer près de vous, dans votre élément. »

Néanmoins, c'était une question rhétorique puisqu'Asuka n'attendait pas vraiment de réponse de la part de son vis-à-vis. Il préférait recevoir des gestes, des actions envers sa personne que des paroles. N'avaient-ils pas suffisamment parlé depuis l'autre jour ? Il semblait que si à Asuka, pourtant, ils ne connaissaient pratiquement rien l'un de l'autre. Ils étaient juste deux âmes qui se rencontraient, se séduisaient et jouaient dans la même cour de récréation à un niveau différent. Voilà tout.
La main tatouée de Masamune vint se déposer sur son torse avant qu'elle ne descende jusqu'à ses hanches toutes aussi peu vêtues que le reste de son corps. En contraste avec la fraîcheur de la soirée, l'employé du Belphegor avait plutôt chaud ; et cette sensation ne fit que s'accroître lorsque les lèvres du propriétaire virent se perdre près de son oreille. Et, des siennes, Asuka esquissa un sourire, un frisson le parcourant de la tête aux pieds. Ce jeu l'amusait, l'excitait et le rendait complètement... dépendant de cet homme qu'il ne percevait jamais sous sa vraie facette.
A son tour, il répondit. D'abord par des mouvements, son corps se pressant un peu plus contre celui, plus élancé, de son patron. Ses yeux se levèrent vers son visage, tachant de capter son regard reptilien. Et puis sa main droite osa se déposer sur la joue de Mama. Et puis, ensuite, ses lèvres remuèrent.

« Garde-moi, Mama. Garde-moi et fais de moi tout ce dont tu désires. Après tout... je suis là pour ça. Je ne suis là que pour ça... »

Le tutoiement tombé à terre, à l'instar du verre de Masamune qu'Asuka venait de prendre dans sa main pour le laisser se briser au sol. Ce n'était pas grave, ce n'était pas le plus important. Le chanteur souhaitait découvrir bien encore plus le monde de cet homme tatoué, au cœur et à l'âme en peine, fatigué derrière ses fards à paupières si sombres.
Se hissant à lui sur la pointe de ses chaussures pourtant déjà compensées, il goûta de ses lèvres la peau encrée du cou de Mama. Frivoles, loin d'être appuyés, ses baisers ne furent que le temps de quelques secondes. Ils auraient pu être comparés au baiser éphémère du vent. Asuka était fragile, n'osait pas davantage que ça, mais c'était déjà suffisant pour embrayer sur une possible suite, n'est-ce pas ? Il était fragile... tellement fragile.

« Je suis sûr que tu ne nous montres pas tout, pas vrai ? »

Peut-être plus masculin sur cette réplique, plus provocateur aussi, Asuka se sépara du corps chaud de Masamune. A contre-cœur, bien sûr, car il mourrait d'envie de le sentir encore contre lui. La tête penché sur le côté, comme un enfant qui ne comprenait pas, il fixait Mama d'un petit air niais.
Code by AMIANTE

_____________________________
 
If I look back I am lost
“On vit avec un cœur trop plein dans un monde trop vide. Et sans avoir usé de rien, on est désabusés de tout.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Ame Masamune
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
61

pseudo :
INCUBUS / 夢魔

avatar + © :
Tsuzuku (Mejibray) + ©️myself



Erratic Masochist

âge du perso :
30

adresse :
Shinjuku (Ni-Chôme), bb ♥

emploi/études :
Propriétaire d'un bar gay ; le Belphegor - 淫魔

décore ton profil :


BEAUTIFUL DEFORMITY



❝ In the womb, what the Fate decided ? ❞

裂けだした未来 飾る言葉が無い
その愛から今 飛び立つ

━━━━━




夢を売りましょう〜

❝ We awake in the shadow of the city, the incubi that made you hungry, playing dreamy melodies from caskets shrouded in darkness. Ominously throwing back our shoulders, we spit. When children are dreaming in the city ruled by neon lights I smile scornfully at the funeral processions of the corpses who sought delight. ❞

━━━━━


Lustful Pride



You buy dream, you buy love.
You buy me.


❝Welcome to Belphegor


Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Déc - 18:26



EXPLOSION SHOWCASE
Asuka & Mama

BELPHEGOR'S THEME


Asuka savait jouer sur le même ton que lui. Tous deux s’accordaient à ravir. C’était si étrange pour une personne qu’il venait de rencontrer il y avait tout juste quelques jours. Tout venait de façon quasi-innée, avec la plus grande fluidité. La question –rhétorique- du chanteur lui arracha un sourire. C’était, bien évidemment, ce qu’il voulait entendre ; ce qu’il voulait savoir. Le jeune homme avait su attirer son regard, il avait su le capturer. Et de la sorte, Mama ne pouvait pas accepter de le laisser aller ailleurs.
Délicieusement, il sentit son corps se presser contre le sien, sa peau nue entrant en contact avec la sienne, tout juste couverte d’une fine résille. C’était différent de ce qu’il connaissait. Ce n’était pas la chaleur fiévreuse, moite, du corps d’un « autre » ; c’était un contact fragile, langoureux –provoquant au possible de par son innocence : ce n’était rien de plus qu’une pression, légère- un contact éphémère. Leur regard se croisèrent ; Asuka cherchait le sien. Masamune le laissa toucher sa joue doucement. Il fut presque surpris de la candeur qu’il perçut dans ce geste. Cependant, les paroles que formulèrent ces lèvres tentatrices le prirent encore plus au dépourvu. Le chanteur semblait définitivement ou savoir appuyer pour le séduire totalement. Cet état de soumission total et cette voix –cette voix- réveillaient en lui quelque chose qu’il croyait inexistant. Puis, enfin, il laissait tomber les marques de politesse, ne le rendant que davantage plus proche. Davantage plus désirable. Dans sa contemplation –celle de ce visage familier et pourtant inconnu- il n’entendit ni ne perçut le verre qu’il tenait en main se briser. En cet instant, seul le jeune homme faisait l’objet de son attention. Ses lèvres vinrent le frôler, une nouvelle fois. Ses lèvres qui, à l’instar de leur première rencontre, rencontraient sa peau. Avant de se retirer. Trop vite. Trop tôt.
Asuka s’écarta aussitôt de lui. Comme à chaque fois ; comme s’il avait peur. Après avoir fait un pas vers lui, il en reculait de deux. N’en voulait-il pas davantage ? Par réflexe –par frustration- Mama lui attrapa le poignet ; c’était ce qu’il aurait dû faire, au cours de leur première rencontre. Le retenir.  Il eut quelques secondes de flottement. Il aurait aimé se dire qu’il s’agissait de l’alcool, pas de ses véritables intentions. Qu’en cet instant, il n’était pas tout à fait lui. Mais il savait ce qu’il voulait, ce que son instinct lui criait. C’était un cri sourd, un cri rauque : un hurlement. Il le voulait, lui. Maintenant. Tout de suite. Ce besoin de possession le rongeait ; il le découvrait avec amertume. C’était comme si, en commun accord, sa nature de mâle et son attitude de femelle, s’accordaient sur une même obsession. C’était nouveau. Etrange et insupportable. Pour la première fois, il semblait goûter à cette curieuse –cette furieuse- envie de posséder. Ce n’était pas la recherche, brute, du plaisir, mais bien celle de « l’autre ». En posant ses yeux pâles vers Asuka, l’image de le faire trembler dans ses bras s’imposa de force en son esprit. C’était intolérable. Et pourtant...tellement tentant. Terriblement tentant. Il se rendit compte de la force qu’il mit dans sa poigne, la desserra légèrement. « Mais n’est-ce pas plus excitant, de ne pas tout savoir ? » Mama répondit du même ton provocateur ; il se faisait sérieux. A moitié. Il l’attira à lui, franchement, avant de lui enserrer la taille de son bras. L’attirance qu’il y avait entre eux était on ne peut plus claire, n’est-ce pas ? Il ne s’imaginait pas des choses... Il glissa l’une de ses mains dans la chevelure du chanteur. Leur couleur rose lui manquait ; il n’en restait pas moins extrêmement désirable. Puis sa main descendit sur son visage pour aller suivre la courbe de sa mâchoire et s’arrêter au bout de son menton. Masamune avait du mal à réprimer la violente envie qui le prenait. Pourtant, il avait l’impression qu’Asuka était trop fragile pour cela ; que s’il venait à le toucher avec trop de force, il le briserait. Avoir à réfléchir à ce genre de choses, futiles, l’irritait. Se penchant vers lui pour compenser leur différence de taille, il l’embrassa –depuis le temps que cette bouche le faisait fantasmer...- d’abord doucement, puis un peu plus intensément, tout en le plaquant totalement contre son corps, goûtant pleinement à sa chaleur. Ce qu’il faisait n’avait absolument plus rien de professionnel, mais le chanteur l’y avait un peu poussé, non ? Mettant fin à ce geste auquel il n’apportait réellement d’explication, Mama le regarda, rictus aux lèvres. « Peut-être y aurait-il des choses que je devrais te montrer personnellement ? » Distraitement, il se demanda si son interlocuteur pouvait être curieux à son sujet, quant bien même il était certain que cette curiosité différait de celle des « autres ».





_____________________________
P R I D E
『世界の終わりを歌う。』

Revenir en haut Aller en bas
Tsukushi Asuka
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
44

pseudo :
Shina.

avatar + © :
Yuuki (INITIAL'L /ex.LYCAON) ©️INCUBUS

emploi/études :
chanteur qui se prostitue plus ou moins sur scène dans le bar du Belphégor. voyant aussi, parce qu'il dit pouvoir prévoir les choses. et il accepte le travail au noir pour compléter les mois. c'est déjà pas mal.

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Déc - 12:45

explosion showcase
Masamune & Asuka

"it's my first day, boss."



BELPHEGOR ► Depuis des années, Asuka agissait de cette même manière. Il se rapprochait avant de s'évader, de disparaître et de ne jamais revenir au même endroit plusieurs fois. Il ne souhaitait pas s'attacher, à quiconque. Alors, ainsi, il voltigeait à droite, à gauche, changeant d'apparence comme bon lui semblait. Et on l'appréciait. Peu importe où il se rendait, on l'appréciait à chaque fois et on le regrettait, à chaque fois. Il était doué, dans ce petit jeu-là. L'adaptabilité était sans conteste sa plus qualité, même si, au fond de lui, c'était la première qu'il se reprochait. Il savait bien qu'un jour ou l'autre, à force de trop jouer, il finirait par se faire capturer. Et que ferait-il en cet instant ? Que mettrait-il en oeuvre pour quitter la cage dans laquelle il serait enfermé ? Il se débrouillerait, comme toujours. Il n'était pas un animal ; ou bien si, mais un animal sauvage. Enchaîné à sa propre âme.
Et cela, Mama dut le comprendre à un moment ou à un autre puisque sa main venait d'encercler le poignet d'Asuka. Il le serrait, son regard braqué dans le sien. Au début, ce n'était pas étreinte qui dérangeait particulièrement le chanteur, mais très faiblement, il la sentait devenir plus puissante, plus présente. Pour quoi était-ce ? Afin de ne pas le laisser s'enfuir ? Les pupilles du chanteur se relevèrent pour tenter de capter celles de son interlocuteur. Il voulut bouger, dire quelque chose, se débattre peut-être même, sauf qu'il en fut incapable. A travers cela, il entrevoyait une partie invisible à l’œil nu du monde dans lequel baignait le dirigeant du Belphegor. Asuka en était intimidé... pourtant, une certaine curiosité continuait d'affluer dans tout son corps. Son désir envers Mama ne décroissait pas pour autant.
La poigne se desserra, des mots furent prononcés, relançant cette ambiance séductrice instaurée entre les deux hommes.

« J'aime que l'on me dévoile les secrets les plus cachés » sourit le petit brun avant d'atterrir entre les bras chauds et forts de son vis-à-vis.

Il se laissa faire, puisqu'il appréciait les caresses sur son corps, ces mains glissées dans ses cheveux courts. Ses propres mains étaient appuyées délicatement sur le torse enveloppé de résille de Mama. Sous sa veste en cuir ouverte, le cœur d'Asuka tambourinait, délicieusement impatient de connaître la suite de ce soudain rapprochement. Il lui appartenait, n'est-ce pas ? Asuka appartenait à Mama. Il savait le faire, aimait se soumettre à cet homme plus puissant que lui sans pour autant se douter des troubles qu'il lui causait. C'était un jeu dangereux dans lequel il s'insinuait peu à peu.
Les mains tatouées de Masamune continuaient leur progression, sur son visage, l'arête de sa mâchoire, glissant jusque sur son menton. Et puis, le chanteur le vit se pencher vers lui, cette silhouette sombre le surplombant de toute sa hauteur. Leurs lèvres se rencontrèrent, d'abord subtilement. Enfin, le goût de l'alcool devint plus présent, tout comme la présence du patron du Belphegor contre son corps. Malgré la surprise qui le saisissait, le plus petit ne demeurait pas en reste, répondant à ce baiser, fier d'avoir su le provoquer.
Ressentant tous les désirs qui le possédaient, il lâcha un faible gémissement de frustration lorsque ce baiser fut rompu. Ses yeux reprochaient presque à son interlocuteur de le laisser dans une telle situation. Alors, il attrapa sa main pour le tirer vers la porte d'où ils venaient.

« C'est à vous de me le dire, Mama. En êtes-vous convaincu ? »

Bien sûr qu'il avait des choses à lui montrer personnellement. Comme un enfant, Asuka trépignait presque sur place et rien ne pouvait plus demeurer sur cette note entre eux. La fascination qu'il possédait envers Mama depuis l'entretien d'embauche le hantait ; quelque chose devait se dérouler, même si cela ne serait peut-être qu'un seule et unique fois.
Asuka l'attira donc de nouveau dans son bar, hésitant à l'emmener vers le comptoir ou vers la scène. Puis, d'instinct, il se dirigea vers cette dernière, faisant reculer le propriétaire des lieux tout contre, souhaitant faire basculer son corps sur les planches de bois afin que lui, Asuka, vienne s'installer à califourchon sur ses hanches. Il riait pourtant loin d'être réellement saoul, il riait. Ses ongles jouaient avec la résille de Mama avant de s'y stopper et de commencer à la déchirer. Il devait bien en posséder d'autres, non ?

« J'en suis à la hauteur » vint-il murmurer comme un secret caché près de l'une de ses oreilles.

Asuka n'avait jamais vraiment grandi.
Code by AMIANTE

_____________________________
 
If I look back I am lost
“On vit avec un cœur trop plein dans un monde trop vide. Et sans avoir usé de rien, on est désabusés de tout.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Ame Masamune
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
01/11/2016

messages :
61

pseudo :
INCUBUS / 夢魔

avatar + © :
Tsuzuku (Mejibray) + ©️myself



Erratic Masochist

âge du perso :
30

adresse :
Shinjuku (Ni-Chôme), bb ♥

emploi/études :
Propriétaire d'un bar gay ; le Belphegor - 淫魔

décore ton profil :


BEAUTIFUL DEFORMITY



❝ In the womb, what the Fate decided ? ❞

裂けだした未来 飾る言葉が無い
その愛から今 飛び立つ

━━━━━




夢を売りましょう〜

❝ We awake in the shadow of the city, the incubi that made you hungry, playing dreamy melodies from caskets shrouded in darkness. Ominously throwing back our shoulders, we spit. When children are dreaming in the city ruled by neon lights I smile scornfully at the funeral processions of the corpses who sought delight. ❞

━━━━━


Lustful Pride



You buy dream, you buy love.
You buy me.


❝Welcome to Belphegor


Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Jan - 22:24



EXPLOSION SHOWCASE
Asuka & Mama

BELPHEGOR'S THEME


Il y avait eu une seconde de flottement, lorsqu’il lui avait attrapé le poignet ; Asuka s’était comme figé, tentant de chercher une explication à ce geste. Mais, très vite, leur jeu avait recommencé sans le moindre soucis. Dans ses bras, sous ses caresses, le chanteur se montrait d’une docilité exemplaire. Cela provoqua en lui une nouvelle poussée d’orgueil ; il préférait –de loin- le voir se soumettre de la sorte. Un sentiment méconnu l’effleura, tandis que son vis-à-vis répondait à son baiser. Il était plus qu’inhabituel pour Mama d’avoir recours à ce genre de chose, surtout dans de telle situation. Pourtant, il n’avait fait que suivre ce qu’un semblant d’instinct lui intimait ; et il n’était pas fâché de constater qu’Asuka le suivait dans cette démarche. Le gémissement de frustration qui s’échappa des lèvres de ce dernier lorsqu’il se détacha de lui lui arracha un sourire. Ses yeux lui lançaient des reproches évidents. Encore une fois, il se surprit à lui trouver ce côté adorable, qui contrastait avec sa sensualité provocante. Mais tout ce qu’il découvrait de lui –pour l’instant- le charmait. Jusqu’ici, cela ne lui était arrivé avec personne d’autre. Personne.
Le chanteur lui attrapa soudainement la main, l’attirant à l’intérieur du bar. Masamune fut étonné de constater qu’il était désert. Tout le personnel avait déjà quitté les lieux ? Avant même de le réaliser, Asuka venait de le pousser en direction de la scène ; il perdit aussitôt l’équilibre, se retrouva dos plaqué contre le plancher poli. Le choc lui arracha une faible grimace. Mais toutes questions disparurent bien vite de son esprit lorsqu’il leva les yeux pour apercevoir le jeune homme assis au dessus de lui, rieur. De toute évidence, celui-ci n’avait pas froid aux yeux. L’espace d’un instant, il vint à se demander s’ils étaient bel et bien seuls dans l’établissement, mais cette pensée fut instantanément balayée. Déjà, Asuka déchirait de ses ongles ce qui lui faisait office de haut. Ce geste eut raison de la retenue dont il avait tenté de faire preuve jusqu’ici.
Toujours couché sur le dos, il se mit lui aussi à rire. Sincèrement. Le chanteur lui réservait sans cesse de nouvelles surprises. Jamais il n’aurait cru le voir aussi « agressif ». Mais cela était loin de lui déplaire. Bien loin. Mama se redressa faiblement, prenant appui sur ses avants bras. « Malheureusement, je crains ne pas avoir de tels secrets »glissa-t-il, plongeant son regard pâle dans le sien. Masamune ne cachait ni ne montrait ; il ne mentait jamais, ne disait pas la vérité pour autant. Il aimait maintenir les illusions. Simplement. En douceur, il retira les colliers que le jeune homme avait passé autour de son cou pour les poser à côté d’eux. Vu qu’Asuka semblait tellement décidé à dénuder son torse, il aurait été dommage de les laisser lui barrer la route. Il fit aussi glisser la chemise qui lui couvrait uniquement le dos avant de reporter son attention sur celui qui était confortement assis sur ses hanches. Cette scène avait quelque chose de surréaliste, mais elle lui plaisait. Atrocement. Et il comprenait que ce n’était qu’ici qu’elle pouvait avoir lieu. Ses yeux se posèrent un instant sur le comptoir qu’il lui faisait face ; il aurait préféré cet endroit. Mais il savait –il savait parfaitement- que la scène était spéciale pour Asuka. La présence de celui-ci devenait de plus en plus forte dans l’esprit de Mama. Inévitablement, il sentait sa peau s’échauffer sous les doigts qui effleuraient de temps à autre son torse. Ses mains tatouées se posèrent sur les cuisses qui le maintenaient au sol. « Et si tu me montrais ce dont tu es à la hauteur ? »murmura-t-il en remontant un peu plus ses mains le long de sa peau, glissant déjà le bout de ses doigts sous son short. Masamune sentait déjà le cours de ses pensées s’altérer sensiblement. Sa respiration s’emballait légèrement ; son corps ne pouvait que réagir à celui qui se trouvait contre lui, d’autant plus qu’il s’agissait de cette personne qui exerçait sur lui une attirance toute particulière.




_____________________________
P R I D E
『世界の終わりを歌う。』

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
do you use emojis ?
profil

Revenir en haut Aller en bas
 
EMOJIS&CIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
RETROUVE TON CHEMIN:  
 Sujets similaires
-
» L'explosion demographique, une bombe a retardement
» { Explosion de sentiments - - - PV
» La sortie de panty explosion
» Explosion d'une météorite en Russie : un millier de blessés
» Seule l'explosion intérieure permet de briller. // ft. Willow