Partagez | 
 

 I could be your problem (ft reira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
osaki nao
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
23/10/2016

messages :
66

pseudo :
NIGHT GLOW. aka aya la douceur aka cyrielle

avatar + © :
Mai Nhi Tran Le aka GG + me

adresse :
chez tast

emploi/études :
branleuse de profession batteuse dans un groupe à ses heures perdues

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Nov - 21:01


★ ★ ★



Elle avance dans ce couloir poisseux, l’esprit déjà loin, les pilules colorées qu’elle a avalée plus tôt ayant déjà eu un effet sur son anxiété qui ce soir-là semblait avoir atteint son paroxysme.  Comme à chaque fois qu’elle devait monter sur scène elle se demandait qu’elle genre de mouche pouvait bien l’avoir piquée, elle l’insociable, celle qui dans ses mauvais jours ne supportait même pas l’idée d’avoir à vivre, rentrait une nouvelle fois dans la lumière. Une lumière si envoûtante qu’elle ne parvenait désormais plus à s’en passer.  Junkie, accro à la moindre substance, à la moindre sensation qui puisse réveiller chez elle un sentiment d’existence.  Ce soir signait également leur rencontre. Probablement l’un des événements les plus attendus de toute sa pauvre existence. Saaki, lumière, Saaki pleine de vie, Saaki douceur à côté de laquelle Nao aimerait pouvoir évoluer. Oui elle voudrait se nourrir de cette joie de vivre, trouver à ses côtés une nouvelle façon de goûter à se sentiment de vie qui sans cesse lui échapper. Mettre ses pilules au placard pour au moins quelques heures et se perdre dans les histoires de cette fille haute en couleur. Cette fille que Nao ne sera jamais capable d’être. Depuis l’instant même où son regard c’est posé sur son pseudo, depuis leurs premiers échanges, Saaki la fascine. Tout semble si facile lorsqu’elle parle, si bien qu’elle lui donne presque envie de croire qu’être heureux n’est pas de l’ordre de l’utopie. L’intérêt qu’elle lui porte n’a cessé de grandir au fil des lignes qu’elles ont pu échanger jusqu’à ce que cette idée de se rencontrer fasse son éruption.  C’est elle qui lui a demandé, faisant là quelque chose qui ne le ressemble pas. Sortant de sa zone de confort. L’envie étant trop pressante, besoin presque irrésistible de poser ses yeux sur cette fille, de pouvoir entendre sa voix et de se nourrir de son amour pour la vie. Un concert était prévu, quoi de mieux que de se montrer sous son meilleur jour pour ne pas tout de suite avoir à dévoiler son vrai visage, celui de la fille détruite par la vie. Elle entre en scène, tape sur sa batterie et prend sa dose de ce qui se rapproche le plus de sa conception du bonheur.  Un bonheur pourtant toujours trop court, la lumière s’éteint après plusieurs chansons et elle retrouve cet état qu’elle ne connaît que trop bien. Elle sourit aux garçons et s’accroche à l’espoir qu’elle soit venue. Bière en main, elle parcourt la salle à la recherche d’une chevelure rose qu’elle finit par remarquer assise à une table en retrait. Elle s’approche doucement, mais avec une certaine excitation liée à tout l’espoir qu’elle place en cette rencontre.  Elle lui fait dos, sans vraiment réfléchir elle pose sa main sur son épaule. «  Saaki ? » Voilà, on y est.  

_____________________________

stay with me bare with me

no one believes me when i said i am the last survior in my entire fucking world, and that is even more sad than the deal itself. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
masaaki reira
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
02/11/2016

messages :
43

pseudo :
OF - プリン

avatar + © :
fernanda hin lin ly by kk ♥️

absence :
nope.

adresse :
Bunkyo.

emploi/études :
Esclave.

décore ton profil :


✿ ✿ S A D B O Y ✿ ✿




Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Nov - 23:51



✿ ✿ ✿

La boule au ventre. Les membres crispés et les dents serrées. La rosée peinait à avance dans les ruelles déjà trop sombres, s’agrippant tant bien que mal aux faibles rayons. Ce soir, ce soir Reira était partagée entre l’envie et la nausée, entre l’excitation et l’avc.  Déambulant tel un être sous acide, elle se demandait d’où venait sa folie. Cette folie qui l’avait poussé à accepter une rencontre dangereuse. Une fille. Une de ces filles qu’elle admirait, à qui secrètement elle voulait ressembler, ce genre de fille qu’était Saaki. Voilà, la folie était ici, recouverte d’un mensonge trop gros pour être porté par ses bras chétifs. Elle s’y était engouffrée depuis de nombreuses années, se faisant passer pour une personne qu’elle n’était pas, une personne qu’elle voulait être. Et elle l’avait rencontré, Nao, à travers des lignes échangées, des mots si importants qu’ils devaient à présent appartenir au réel. Alors Reira avait dit oui, bêtement, sans une once de réflexion, cela en se disant que Saaki pouvait naître dans cette réalité.
Elle poussa la porte de la salle, immédiatement elle se sentit ensevelie sous une vague d’être humain, ces humains souriants, ces humains vivants. Instinctivement elle trouva refuge à une table isolée, bien au fond, bien loin, mais bien assez près pour observer l’origine de ses troubles. Les lumières scintillantes, les lumières dansantes. La musique raisonnante, la musique envoûtante. Des mélodies qui emmenaient la rosée si loin que son corps s’évaporait. La foule, étouffante, brûlante, n’était plus un problème face au spectacle qu’on lui offrait.
Et même qu’elle souriait, la belle.

Les sons s’estompèrent pour laisser place à la cacophonie hurlante d’une masse en délire. Reira moins fière, descendit de son nuage pour retrouver l’inconfort de sa chaise. Elle songea à partir, à s’éloigner de ce monde qui n’était pas le sien. Ce monde sur lequel elle n’avait aucun contrôle. De longues minutes passèrent, tiraillée entre l’envie de connaître et celle de rester dans le mystère.
Mais une main inconnue vint saisir son épaule, ce qui dans un premier temps glaça l’enfant, ne supportant pas le contact humain. Crispée, elle se retourna pour faire face à cette interpellation, à la fois frustrée et rassurée elle reconnut le visage de Nao. Et, pendant quelques secondes elle la regarda, intensément, appréciant chaque recoin qu’elle pouvait lui offrir.
Puis,
paniquée, elle attrapa la main de la jeune femme pour la prendre dans ses bras.

«  Nao ! J’suis super contente de te voir ! »

Un geste qui l’électrocuta. Une décharge qui la torturait de l’intérieur, c’était contre nature, c’était contre sa nature. Intérieurement elle bouillonnait, extérieurement elle essayait d’incarner la tromperie qui l’avait envahi, bien que son attitude parût tout de même nerveuse. Elle s’éloigna quelque peu, rassurée, et prit mécaniquement une profonde inspiration.

« Ptn le concert était génial, j’me suis sentie partir »

Un rire nerveux s’ensuivit, une face souriante,
c’était le malaise.    

_____________________________




✿ ✿ ✿

Revenir en haut Aller en bas
osaki nao
do you use emojis ?
avatar
profil
date d'installation :
23/10/2016

messages :
66

pseudo :
NIGHT GLOW. aka aya la douceur aka cyrielle

avatar + © :
Mai Nhi Tran Le aka GG + me

adresse :
chez tast

emploi/études :
branleuse de profession batteuse dans un groupe à ses heures perdues

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Nov - 15:29


★ ★ ★



C’est donc ça la magie des rencontre. Nao n’y connaît rien, elle l’a bien lu dans des livres ou en a vaguement entendu parler, mais c’est la première fois de sa vie que ses yeux se pose sur un visage qu’elle à imaginer rencontrer. C’est étrange, mais elle est loin d’être déçue. Presque prête à faire l’apologie des rencontrent internet qui pourtant lui semblait le truc le plus illusoire que l’homme n’est jamais inventé. A quoi bon aller parler à quelqu’un derrière un ordinateur si dans la vraie vie on est incapable de se saisir des opportunités que le destin veut bien nous donner.  C’était bien là le but de cette rencontre, tester cedit destin. Pouvoir valider ou non l’idée qu’elle s’était faite d’elle à travers les lignes qu’elles avaient échangées. On ne lui a pas appris grand-chose, elle sait pourtant que fixer les gens n’est pas considéré comme quelque chose d’agréable surtout lors d’une première rencontre. Mais c’est plus fort qu’elle ses yeux ne semblent ne pas vouloir se détacher de celle qui se dresse fasse à elle. Elle ne l’avait pas imaginé comme ça. Mais ce qu’elle voit lui plaît plus que l’idée qui avait germé en elle. Saaki lui semble plus fragile et par conséquent bien plus abordable qu’elle ne le pensait. Parce qu’évidemment elle en connaît un rayon à ce sujet, à croire que le mot à même était inventé pour décrire son existence tout entière. Fragile peut être, mais pas pour autant timide. Textuellement la pensée qui lui traverse l’esprit alors que celle qu’elle ne serait vraiment qualifiée vient placer ses bras autour de son corps. Elle ne cache pas sa surprise, mais ne dissimule pas non plus son plaisir. Elle ne sait à quand remonte la dernière fois qu’elle a eu le droit à une accolade amicale. Attendez voir… peut être jamais. Nao n’est pas vraiment le type de fille qu’on a envie de serrer dans ses bras lorsqu’on la rencontre. Non, Nao elle est du genre effrayante avec son mutisme et sa noirceur comme meilleur compagnon de route. Elle remarque la nervosité de celle qui affiche pourtant un grand sourire et ça lui plaît. Ses vieux démons remontent à la surface. L’impression que peut-être elle n’est pas la plus faible d’elles deux. Fâcheuse envie de vouloir prendre le dessus. Besoin maladif de se faire aimer avant de disparaître avant que l’on vienne à comprendre qui elle est vraiment. Une coquille vide incapable d’aimer, mais pourtant en soif d’amour et d’attention  « Moi aussi je suis contente. » Lui murmure-t-elle à l’oreille. Geste qui elle l’espère sera venir troublé le petit oiseau qui se trouve face à elle. Le sourire qui orne ses lèvres grandit alors que Saaki lui avoue avoir apprécié le spectacle. Elle ne sait donc pas tromper et l’idée de la traîner jusqu’ici c’était finalement avérée bonne. J’me suis sentie partir. Typiquement le genre de phrase qui ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. Elle se perd encore un peu sur les traits de ce visage qui lui semble avoir été créé pour être regardé. Lui attrape la main et elles prennent place sur ce que Saaki avait désigné comme sa table. Ça lui plaît c’est éloigné de cette foule qui se soûlent et à l’abri des regards. Elle sort d’une de ses poches ses compagnons tant adorés «  ça te dit qu’on parte un peu plus loin ? » Elle agite le sachet avant de se rapprocher de Saaki, venant replacer une mèche de ses cheveux. Elle est tactile ce soir, ce qui ne lui ressemble pas vraiment. Disons simplement qu’elle veut briser la glace. «  Ça pourrait être sympa non ? » Tout aussi sympa que la douceur de ses cheveux sous ses doigts.    

_____________________________

stay with me bare with me

no one believes me when i said i am the last survior in my entire fucking world, and that is even more sad than the deal itself. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
do you use emojis ?
profil

Revenir en haut Aller en bas
 
EMOJIS&CIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
RETROUVE TON CHEMIN:  
 Sujets similaires
-
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» Atelier codage || Reira
» Katastrof, Frans an ranfo: Preval chita relasks gade an fas operayon sekou yo
» Comment interpéter la montée de l'insécurité en Haiti ?
» ARISTIDE ETAIT-IL LE PROBLEME?